AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le Marcheur du Ciel, interdit aux Droïdes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Kyosuke
Empereur
avatar

Nombre de messages : 120
Empire : Hylaeos, planète des enfants de la lumière
Date d'inscription : 12/03/2005

MessageSujet: Re: Le Marcheur du Ciel, interdit aux Droïdes   Mar 12 Avr - 21:54

Kyosuke avait lut attentivement chaque mots de cette histoire remplie de tristesse, il restait attentif a chaque mouvement de la taverne.« Toujours au aguets mais calme telle l araignée attend que sa proie s enlise dans sa toile », son maître lui avait dit ça un jour, il en avait tirer des leçon et avait continuer encourager par son maître. Il repéra Moi qui entrait mais fit comme si de rien n était puis il pensa a une des ligne de Féliana « si un jour un oiseau vient se poser sur ta main sans que tu ne l'y ai forcé, alors ce jour sera le jour où la sagesse viendra à toi… » il dit a Féliana :

-Attend moi 2 minutes je reviens.

Il lui sourit puis il devin floue et fini par disparaître.
Il réapparut dans un parc de Sénata et repérât bien vite une arbre où un oiseau chantait, il s approcha et murmurât :

-Fethrblaka, eka weohnata néiat haina ono. Blaka eom iet lam .

L oiseau s envola et vin se poser sur le bout de son doit. Kyosuke revint floue et disparut.

Il réapparut en face de Féliana, il lui tendit son doit où se perchai l oiseau et reparla quelque mots de sa langue et l oiseau alla se poster sur l épaule de Féliana en douceur, il faisait attention a ne pas lui faire mal avec ses petites pattes. Féliana souriait et Kyosuke aussi car au moins elle était peut être moins triste comme cela.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féliana
Empereur
avatar

Nombre de messages : 59
Date d'inscription : 12/03/2005

MessageSujet: Re: Le Marcheur du Ciel, interdit aux Droïdes   Mar 12 Avr - 22:17

Féliana vit le petit oiseau s'approcher d'elle...elle fut surprise quand il se posa alors sur son épaule...elle ne ressentait pas cette "sagesse" que sa mère lui avait décrit mais elle pensait que le temps arrangerait les choses bien plus qu'elle ne pouvait le croire...elle caressa l'aile de l'oiseau et se leva doucement pour que ce dernier ne s'effraye pas et alla poser un baiser sur la joue de Kyosuke...elle ne le savait pas si compréhensif...et comme, le disait si bien son père, un mot compte autant qu'une grande phrase elle lui dit "merci"... un merci qui voulait tout dire, le merci d'une amitié...un merci qui venait du coeur...
puis elle se dirigea vers Moi, toujours à sa table avec son livre, elle vit que son ouvrage était anormalement haut...comme si il ne voulait rien voir du monde aux alentours...
Alors elle abaissa le livre doucement et sourit à Moi.


Dernière édition par le Mar 12 Avr - 22:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Empereur_Moi
Empereur
avatar

Nombre de messages : 208
Empire : derrière toi , n'ai pas peur..
Date d'inscription : 21/03/2005

MessageSujet: Re: Le Marcheur du Ciel, interdit aux Droïdes   Mar 12 Avr - 22:26

Je vis la belle Féliana me sourire j'étais très heureux , après quelques instants jen e me sentais plus l'envie d'écrire alors je continuais à regarder l'impératrice dans les yeux, ses yeux si beaux et si profonds...
J'appela le barman et lui dit:


Tu peux nous donner deux bérichampagnes s'il-te-plaît?

Mon livre fermé , je voulais avoir l'avis de quelqu'un alors je le tournis vers Féliana pour qu'elle me dise ce qu'elle en pense..

Tu pourrais me dire comment tu trouves mon livre???

En attendant la réponse je scruttais les allées et retours des gens..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féliana
Empereur
avatar

Nombre de messages : 59
Date d'inscription : 12/03/2005

MessageSujet: Re: Le Marcheur du Ciel, interdit aux Droïdes   Mar 12 Avr - 22:50

Féliana ouvrit le livre avec surprise...Moi écrivait?que de belles choses en perspectives pensa-t-elle...sincèrement...si il écrivait cela ne devait être que magnifique...

Elle lue la première, la deuxième page et rapidement passa en revue la moitiée du livre puis s'arrêta...

"Moi, je trouve que ce livre est extradordinaire...je suis serieuse mais je trouve que la pluparts des choses que tu écrit son tristes...que se passe-t-il dans ton coeur si pur?"

Elle sourit à Moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Empereur_Moi
Empereur
avatar

Nombre de messages : 208
Empire : derrière toi , n'ai pas peur..
Date d'inscription : 21/03/2005

MessageSujet: Re: Le Marcheur du Ciel, interdit aux Droïdes   Mar 12 Avr - 22:59

Je releva le menton et sourit à Féliana et ajouta:

J'ai un coeur pur , je n'en suis pas tellement sur, mais j'ai surtout une ame rongée par le passé, tu penses me connaître, je ne suis rien qu'une personne qui se cache derrière des phrases, je n'ai plus l'envie de vivre comme dans le passé, je l'ai eu quand je tai vu, je l'avais vrément récupérée...
Mais maintenant je ne suis plus , je ne sais pas, je suis si confus...


Je m'arreta et regarda la table en baissant le menton...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féliana
Empereur
avatar

Nombre de messages : 59
Date d'inscription : 12/03/2005

MessageSujet: Re: Le Marcheur du Ciel, interdit aux Droïdes   Mar 12 Avr - 23:03

Féliana leva doucement la tête de Moi...pourquoi?pourquoi il se sentait si mal...,?elle croyait le savoir.

Elle sourit puis lui dit "Moi, tu sais, la vie n'est rien si on ne veux pas se battre...bas-toi comme tu l'as fait avant, tu as veçu et tu peux encore avoir le gout de vivre...si tu le veux"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Empereur_Moi
Empereur
avatar

Nombre de messages : 208
Empire : derrière toi , n'ai pas peur..
Date d'inscription : 21/03/2005

MessageSujet: Re: Le Marcheur du Ciel, interdit aux Droïdes   Mar 12 Avr - 23:07

Je regarda Féliana et lui dit:

Cela fait plus de 15 ans , 15 ans que je me bats, depuis tout ce temps j'ai essayé de consolidé un nouvelle avenir , depuis ce temps je cherche un amour véritable, depuis ce temps j'ai cherché , je me suis battu, mais je ne peux plus, je dois avoir une conciente tranquille, je dois me libéré et je devrais dire ce que j'éprouve...
Mais je ne le peux pas...


Je voulus enlacer Féliana mais je me retins..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Féliana
Empereur
avatar

Nombre de messages : 59
Date d'inscription : 12/03/2005

MessageSujet: Re: Le Marcheur du Ciel, interdit aux Droïdes   Mar 12 Avr - 23:14

Féliana était acablé par le malheur de Moi...
Elle lui caressa la joue et lui dit "Dis-moi ce qui te fais tant souffrir...même si tu ne peux pas...dis-moi..."
Elle pensait connaitre la reponse mais elle n'en était pas sure...
Il fallait que Moi reponde, il fallait qu'il lui dise...pensa-t-elle...il sera tellement mieux après...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Empereur_Moi
Empereur
avatar

Nombre de messages : 208
Empire : derrière toi , n'ai pas peur..
Date d'inscription : 21/03/2005

MessageSujet: Re: Le Marcheur du Ciel, interdit aux Droïdes   Mar 12 Avr - 23:16

Je regarda l'impératrice Féliana et lui dit:

Vous devez le savoir cela vous concerne, ce sont les sentiments que j'éprouve pour vous...
C'est pour cela que je ne veux pas trop vous importunez avec cela..
Maintenant si vous voulez que je vous le redise Féliana, je vais le faire ...


Je lui chuchota ses trois mots:

Je vous aime...

Je n'attendais qu'une réponse négative mais n'en étais pas tout à fait sur..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyosuke
Empereur
avatar

Nombre de messages : 120
Empire : Hylaeos, planète des enfants de la lumière
Date d'inscription : 12/03/2005

MessageSujet: Re: Le Marcheur du Ciel, interdit aux Droïdes   Mer 13 Avr - 18:01

Kyosuke regardait Féliana démêler ses affaire de cœur avec Moi, le petit oiseau était toujours sur son épaule, l oiseau n apporterait pas la sagesse immédiate mais lui donnerai confiance en elle, il alla s accouder au bar tout en gardant ses deux amis a l œil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Empereur_Moi
Empereur
avatar

Nombre de messages : 208
Empire : derrière toi , n'ai pas peur..
Date d'inscription : 21/03/2005

MessageSujet: Re: Le Marcheur du Ciel, interdit aux Droïdes   Ven 15 Avr - 14:25

J'étais gene par ses paroles mais je ne m'en f'y trop peu..
Je regarda et vis Kyosuke nous "espionner", je voyais Féliana me regardant avec ses beaux yeux , j'étais très heureux voir comblé...
Je m'y mon livre juste devant moi l'ouvrit et commença à écrire et quelques instants plus tard je lui dis:



Cette partie vous concerne à vous de savoir si vous voulez la voire ou non...

Je mis le livre juste devant elle en attendant une réponse...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dyonisos
Empereur
avatar

Nombre de messages : 146
Empire : Cherbourg
Date d'inscription : 11/03/2005

MessageSujet: Re: Le Marcheur du Ciel, interdit aux Droïdes   Mar 21 Juin - 15:51

Le Quartier de Heber, endroit que Dyonisos fréquentait peu...


Et il y avait de quoi, les pires rumeurs lui étaient parvenues, invasion de phlou-dheure, présence de vermine capitaliste, fontaine d'e*u...
Pire qu'un coupe-jarrets!

Mais Dyonisos, accompagné de garde d'élite Exatopien, décida de venir dans ce quartier qu'il jugeait malfamé pour redonner vie au bar des Feydakins, le Marcheur du ciel.

Il était facile de se perdre dans ce labyrinthe, c'est pourquoi Dyonisos avait fait envoyé un de ses sujets pour repérer le lieu de détente du Djihad Solaire au moyen d'un émetteur à infra-ondes.

Guidé et protégé, Dyonisos avançait d'un pas sur, regardant ça et là le bar de Liwana, lieu de débauche intellectuelle et physique, la piscine de Liwana, réceptacle de la bêtise et des insanités les plus malsaines.

Le capteur indiquait à Dyonisos que le Marcheur du Ciel n'était plus très loin, à peine 200 unités mètriques standards.
Le lieu semblait abandonné, la devanture du dépot de boissons était poussiereuse mais l'âme du Bar était toujours bien vivace.

Les gardes de Dyonisos firent un ménage bref, le lance-flamme brûlant les toiles d'arachnides et grillant quelques rongeurs, le parquet fut briqué avec de l'huile de béri-champagne.Une heure plus tard, Dyonisos avait fini de répertorier les réserves d'alcool, goûtant les grands crus et jetant la piquette infame, les soldats avait fait retrouvé l'éclat d'antan de ce bijou taché par des squatteurs demeurés impunis.
Il ne restait plus qu'a réouvrir le Marcheur du Ciel, un soldat appuya sur la commande d'allumage de l'enseigne.
L'aura du Djihad faisait resplendir la rue et quelques badauds vinrent rapidement.

Dyonisos se plaça dérrière le comptoir, regarda les quelques empereurs venu remplir leur quota d'absorption d'alcool et leur dit:

"Soyez les bienvenus, que puis-je de nouveau vous servir?"


Dyonisos remplit quelques verres, donna pour consigne à ses soldats de profiter un peu de leur temps libre pour chiner dans les commerces adjacents, il esperait que certains de ses amis feydakins viendrait eux aussi boire un coup...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Llednar Twem
Empereur


Nombre de messages : 392
Date d'inscription : 11/03/2005

MessageSujet: Re: Le Marcheur du Ciel, interdit aux Droïdes   Mar 21 Juin - 16:11

De la poussière, partout. Autrefois, le Marcheur du Ciel était resplendissant. Mais il n'était plus peuplé que d'insectes...

Il y avait pourtant toujours quelques gens là pour boire. Mais ils n'étaient là que pour ça. Autrefois, le Marcheur était un lieu où de grands empereurs se cottoyaient. Il y avait autant de débat qu'à Senata V, bien qu'ils fussent de moindre importance...

Autrefois, le Marcheur était toujours plein, à toute heure, et les serveurs étaient obligés de refuser du monde...

Mais la mémoire causa la perte de ce bar. La mémoire, l'oubli, sans doute un des plus grand défaut de la gente impériale...

Le Pistolero était à l'intérieur, dans l'ombre d'un pilier. Il ne savait pas ce qu'il fesait là, mais il songeait, mieux : il réfléchissait.

Il s'amusait à dessiner avec la poussière sur la table des petits croquis de vaisseaux. On voyait ça et là un pursium, un nebium, et tant d'autres... Le Pistolero n'était pas doué dans ce domaine, aussi lui prit-il l'envie subbite de tout effacer, et c'est ce qu'il fit.

Au même moment où la poussière s'éparpillait dans la pièce, quelqu'un entra.

Le Pistolero reconnut tout de suite la voix : c'était celle de Dyonisos, chef des fameux feydakins rouges.

Il ne semblait pas être venu depuis quelques temps, et ne pas avoir vu le Pistolero.

Dyonisos s'était chargé le rôle de serveur. Le Pistolero en profita, et se rendit au bar. Il s'accouda et lança à Dyonisos :



'Hey mon vieux,

Sais-tu que ce boulot, barman, est un des plus fou qu'il y est à la galaxie ?

Imagines que ces quelques clients te demandent du rh*m elfique ou encore pis : de l'e*u ? Tu seras obligé de manipuler cette boisson interdite...

Mais c'est toi qui vois. En attendant que les clients reviennent, et que tu aies besoin de mon aide, sers moi donc un petit verre de berichampagne !

D'ici quelques heures, je ferai le ménage, et le Marcheur sera comme neuf. La résurection du Marcheur est pour bientôt !'



D'un geste vif le Pistolero engloba le contenu du verre. Après quoi, il se dirigea vers la réserve, pour aller chercher un balai...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ethan
Empereur


Nombre de messages : 72
Date d'inscription : 12/03/2005

MessageSujet: Re: Le Marcheur du Ciel, interdit aux Droïdes   Mar 21 Juin - 16:16

Il était l'heure.
Dyonisos m'avait donné rendez vous dans un des bars des quartiers malfamés de Senata.
Il devait restaurer un Bar.
Sortant du sénat,je birfurquai en direction des Quartiers herbers.
Je me présenta devant la ruelle,où on pouvait lire les inscriptions indiquant que les quartiers herbers débutaient ici.Un odeur nauséabonde se dégageait de ces ruelles étroites.
Au coin de la ruelle,deux personnes discutaient.Lorsqu'elle me virent,elles stoppèrent,et me fixèrent.Leurs regards étaient haineux.
Un lieu peu sur le quartier Herber.
Le kriss à la main,je m'enfonçai dans le dédal de ruelle.Surveillant mes arrières.
Les ruelles étaient sombres,les panneaux illisibles.Mieux fallait ne pas trop s'attarder.
Suivant mon chemin,grâce au plan holographique que Dyonisos m'avait confié.
Au tournant du rue...
L'illumination!enfin une seconde illumination...
Le bar resplendissait.
L'ouverture de la porte,dans un grincement,signalait mon arrivée.
Je vis Dyonisos:
Qu'elle surprise,llenaz était aussi de la partie.


"Subakh ul kuhar?"

En tant que frère d'arme,je le serrai dans mes bras.et en fit de même avec Llenar

Pas terribles l'itinéraires pour arriver au bar.Enfin content d'être là.
Sers moi ton meilleur berichamp'.

Nous nous asseyions pour discuter de diverses choses.


Dernière édition par le Sam 8 Oct - 23:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadaly & Akëdysséril
Empereur


Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 21/03/2005

MessageSujet: Re: Le Marcheur du Ciel, interdit aux Droïdes   Mar 21 Juin - 23:43

Voilà longtemps que je n'avais pas remis les pieds au quartier de Héber. Ou plutôt, sur Senata V...
Déçue par tout un Univers nous avions, Hadaly et moi, déserté l'Empire Oko et toute forme de civilisation. J'avais même perdu la trace de ma soeur, et j'ignorais si elle est était encore en vie ou non. Ainsi sont les polymorphes, dénigrant jusqu'à leur famille elle-même, lassés par leur longévité exceptionnelle.

Mais aujourd'hui je déambulais, anonyme, avec pour seul objectif celui de prendre une dernière fois contact avec ce sol, avant mon dernier envol loin de ce monde. Mes souvenirs avaient depuis bien longtemps disparu dans l'un des recoins de mon esprit que je ne revisiterai plus jamais, et c'était purgée de toute souvenance que j'arpentais les rues. Pourtant, arrivée face à l'enseigne encore poussiéreuse du Marcheur du Ciel, je réalisai quelque chose. Mes ennemis, mes batailles, mes amis : tout ceci remonta jusqu'à ma claire conscience l'espace d'un instant. Et j'entrai dans le bar.

Bien que peu souvent, j'étais déjà venue ici. Mais à une autre époque : malgré un effort évident de restauration, cet établissement portait les stigmates d'un trop long abandon. À jamais ? C'était possible. Et à cet instant, je n'aurais pas été surprise de voir entrer un droïde dans cette succursale d'Asharra, pour venir occuper l'une des trop nombreuses chaises vides...

Le bar s'illumina bien vite, quand je reconnus mes amis Feydakins, et retrouva presque son lustre d'antan. Je m'imaginais presque sa légendaire animation, ses coups, ses cris, ses bruits de verres ou de drones brisés sur le sol. J'esquissais un sourire, l'un de mes rares sourires et certainement le dernier ici, avant de m'assoir au bar pour commander un verre de béri-champagne. Le dernier verre d'Akëdysséril...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yrt'le!x
Empereur
avatar

Nombre de messages : 84
Date d'inscription : 15/03/2005

MessageSujet: Re: Le Marcheur du Ciel, interdit aux Droïdes   Mer 22 Juin - 14:06

Une voix résonnait dehors, apparemment en communication par persoc. Le genre de voix qu'on n'oublie pas facilement, surtout les nuits de grand vent quand vos cicatrices vous travaillent. La réouverture du Marcheur avait rameuté toute l'ancienne faune de ce lieu, et les mauvaises nouvelles de ce genre circulent vite dans les rues sombres du quartier de Heber; les squatteurs qui avaient fait des lieux leur demeure avaient prudemment changé de domicile, les artistes en herbe qui avaient un temps couvert les murs de leurs insanités étaient partis chercher des cieux plus cléments, et même les chiens errants se tenaient à carreau.
Pour l'heure, la voix ne contenait aucune menace. A vrai dire, elle était parfaitement vierge de toute émotion.


Oui, avec pepperoni, merci. Je paie à la livraison. Oui, à cette adresse. Bien, à tout de suite.

Quelques instants plus tôt, un bruit de glissement saluait l'arrivée du module de livraison, et la voix synthétique d'un droïde débitait son monologue tant de fois répété:

Sena-Pizza vous souhaite une belle journée, Etre doué de conscience. Voici la quatre-bérifromages que vous avez commandée, livrée dans les délais impartis. Nous espérons que vous êtes satisfait de notre prestation et que nous aurons bientôt le plaisir de vous recompter parmi nos estimés clients. A présent, si vous vouliez bien vous acquitter de la somme de ...

BLONG!

Le bruit était familier aux anciens hôtes du bar, qui baissèrent instinctivement la tête, mais un égaré peu habitué à l'ambiance des lieux encaissa à la volée un droïde en pleine tête.

Rhaaa, ça me manquait. Aya Asher, je revis!

Le Sadus Yrt'le!x fit son entrée dans le bar qui portait qualeu part sur une chaise, la marque d'une fréquentation si assidûe qu'il devait être le seul actuellement à pouvoir s'y asseoir. Des efforts avaient été faits pour le remettre à neuf, mais Yrt'le!x savait que le Marcheur ne serait jamais plus comme avant. Quelque chose s'était brisé; peut-être un symptôme du dégoût général qui frappait ces derniers temps.
Il commença à songer aux jours anciens, tout en saluant les présents d'un "Bakh?" comme si il avait pris son dernier verre à ce comptoir la veille. Il devait sûrement avoir un clone du vieil Igor quelque part en réserve, et les holos des martyrs du Djihad orneraient bientôt les murs à nouveau.
Ses pensées s'interrompirent à ce point, troublées par un visage. Un visage surgi du passé, et qu'il croyait ne plus revoir. Hadaly... à moins que ce ne soit sa soeur? Kull wahad, elles n'avaient pas donné de signe de vie depuis...


Subakh ul kuhar, sayyadina. La nuit vous a-t'elle trouvée en bonne santé?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoltan
Empereur
avatar

Nombre de messages : 7
Empire : A la droite de Ouaori, à peine plus de Herpé
Date d'inscription : 17/03/2005

MessageSujet: Re: Le Marcheur du Ciel, interdit aux Droïdes   Dim 26 Juin - 1:57

Qu'est-ce que la poussière?

Un grain de matière, arraché à la matérialité de l'univers? Le témoin du passage de l'ogre Chronos? Un moyen de quantifié le temps, tel le contenu d'un sablier universel? ...

S'il en est ainsi, alors c'est un manteau d'éternité, un chaperon d'éons, une pelisse d'infini qui recouvrait, vêtement immatériel, les corps immobiles des trois Zoltaniens, reliques inanimés d'un autre temps, statues pétrifiée dans les dernières poses que leurs avait infligé le Destin, incompréhensible manipulateur, qui les avait condamner à attendre ici, dans une insaisissable malédiction, que ne se lève leur terrible supplice: enfin, le Marcheur du Ciel avait réouvert ses portes.

Dans d'imperceptibles mouvements, ceux qui avaient endurer ici l'attente de ce jour béni, reprenaient lentement conscience.
Pour qui eu l'ouïe fine, un trio de cœurs reprenaient un rythme honnête de travail, propulsant un sang longtemps immobilisé à travers des canaux de veines et d'artères raidies par l'attente. Des yeux qui n'avaient pas connues la morsure cruelle de la lumière cillaient tel le papillon avant son envol. Des articulations qui n'avaient pas desserrée leur étreinte depuis d'incalculables jours craquaient aujourd'hui comme de vieilles branches sèches.
Lando, Boba et Touka reprenaient lentement vie sous la couche de poussière qui les recouvraient entièrement.

Qui ne fut pas coutumier du Marcheur du Ciel dans des temps plus anciens aurait put prendre les pilotes Zoltaniens pour d'obscures ustensiles , ou d'encombrantes arcades, comme sied à tout estaminet un peu prétentieux, remisés qu'ils étaient dans un coin encore poussiéreux et obscur de l'établissement. Et qui sait par quel étrange phénomène, par quel obscure miracle les humanoïdes avaient passés ici un temps considérable, sans que quiconque ne semble leur avoir porté la moindre attention. Les voix de Ouaori sont impénétrables. Vicieuses et impénétrables.

Ainsi donc, s'abandonnant à des sensations longtemps restées en pause, nos trois comparses laissaient peu à peu la vie reprendre ses droits, et le temps son cours pourtant considéré indétournable.
Redécouvrant l'usage de leur corps et de leur conscience, les citoyens du Culte de Zoltan s'essayèrent à de malhabiles mouvements, aussi raides que de vieux chênes noueux. Autour d'eux, dans un nuage diaphane, la poussière qui s'était lentement et laborieusement déposée sur leurs carcasses immobiles s'envolait doucement, et flottait en un épais nuage dans lequel jouait les traits de lumières du bar. Bien vite, la vie fut à ce point revenue que respirer enfin après une si longue apnée deviens un impérieux besoin.
Malheureusement pour eux, leur léger manteau deviens rapidement un épais revêtement pour leurs poumons, aspiré goulûment par des cages thoracique avide d'oxygène frais, et par trop déçue de la consistance de ce dernier.
Pour leur retour à la vie, la première sensation forte que ressentirent les trois Zoltaniens fut celle de la noyade. Mettre sa tête dans un sac à poussière d'aspirateur, c'est un peu se noyer: la densité est à peu près la même que l'eau dans ces proportions. Lando, Boba et Touka cachèrent-ils donc leurs poumons fraîchement dérouillés dans une violente quinte de toux, ce qui ne fit rien pour rendre moins dense le nuage vaporeux qui prenait toujours plus d'ampleur et de consistance.


Au moins, leur difficile réveil passé, la violence de celui-ci finit-il de les rendre maître de leur corps, et de dégripper les derniers organes que l'étrange sortilège qui les avaient conservé intact avaient investit. Leur esprit, de même, semblait avoir salutairement profité des soubresauts et de l'adrénaline récemment abondants. Déjà leurs regards s'éclairaient .
Lando, le plus grand des trois compères, et le plus vif esprit, parviens à articuler quelques mots hésitants, mais forts compréhensibles, à l'intention de ses deux amis.


"Bon, on en étaient où les gars?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kannad
Empereur


Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 18/07/2005

MessageSujet: Re: Le Marcheur du Ciel, interdit aux Droïdes   Lun 18 Juil - 15:30

Un homme entra dans le bistrot emmitouflé dans une grande cape verte attachée par une broche représentant un aigle devant un soleil. Quand l’homme l’enleva il laissa apparaître un distille que l’on n’avait pas vu depuis des années. Cette armure portait les traces de nombreux combats et ses couleurs étaient passées mais on discernait encore le noir, vert et jaune qui avait flotté sur les vaisseaux du Djihad dans le passé.

Kannad entra dans le bistrot et une vague de souvenir le submergea. La première fois qu’il était venu il n’était qu’un enfant, il accompagnait son père le Feydakin Halbarad d’Abzalon. Et la dernière fois qu’il était venu il avait appris la mort du Grand Corwin d’Hakanai et était parti en croisade au-delà des limites connues. Il était parti à la tête des meilleurs feydakin qu’Abzalon avait porté, les Messagers.
Après des années d’absence, il était de retour, nombreux étaient ceux qui étaient tombé à ses cotés, les survivants de cette croisade étaient retournés sur Abzalon. Lui, était revenu ici, espérant retrouver la foi non que ce qu’il avait vu là-bas avait remis en cause ses croyances en Ashar-ra mais il ne comprenait pas comment sa déesse pouvait laisser les mondes qu’il avait vu dans une telle ignorance.

Kannad s’installa au bar et demanda un verre d’eau à l’éternel Igor.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yrt'le!x
Empereur
avatar

Nombre de messages : 84
Date d'inscription : 15/03/2005

MessageSujet: Re: Le Marcheur du Ciel, interdit aux Droïdes   Mer 20 Juil - 0:22

L'arrivée du Messager interrompit une conversation animée entre trois personnes que leur demi-masque de porcelaine identifiait comme des agents secrets Kraunisiens. Yrt'le!x se leva et alla saluer la main au noveau venu.

Kannad! Comment va, gamin? Tu m'as l'air d'un type qui a survolé l'Enfer en deltaplane. Remarque, je ne dis pas que tu te la sois coulé douce, mais ça chauffe aussi pas mal par ici. Figure-toi que le Grand Daymio Siss' du Bushido s'est fait seppuku récemment. Comme je te le dis! C'est Shintao qui a pris la suite, et apparemment il est remonté à bloc; on risque d'assister à quelques jolis coups de balai. Ce ne sera pas du luxe, parce que l'Univers va avoir besoin de bushis en pleine forme. Je ne sais pas si tu as été averti dans un des bleds ou tu es allé porter la Sainte Flamme, mais Omnius nous fait un come-back...
Enfin, bref, je parle, je parle, mais c'est seulement pour te laisser finir ton verre; j'ai assez de questions à te poser pour tenir jusqu'à Bodal. Comment ça s'est passé, ton safari dans les Confins?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Empereur d'Arkanta
Empereur
avatar

Nombre de messages : 69
Date d'inscription : 06/04/2005

MessageSujet: Re: Le Marcheur du Ciel, interdit aux Droïdes   Mar 26 Juil - 13:35

Arkanta n'avait pas grand chose a faire, au senat il n'y avait aucun débat digne de ce nom auquel il aurait pu participer.
C'est pour cela qu'il décida d'aller se rincer la gorge assecher par son dernier discours, il décida d'aller au marcheur du ciel, endroit autrefois animé et joyeux.

Mais en entrant ce fut la surprise, un ou deux soulard était assis a une table une chopine a la main, et le serveur tentait désespérément de chasser les cafard.
Arkanta entra quand meme bien que l'endroit fut moins agréable que par le passé.
Il demanda une beribiere, le serveur lui servit apparament heureux qu'un client, soit enfin venu.
Arkanta engagea la conversation :


-Que s'est il passé ici?
-Je ne sais pas répondit le serveur depuis quelque temps les gens semble fuir senata, tout les commercant sont au bord de la faillite.
On dit qu'une épidémie est en cause...
-Oui j'ai entendu parler de cela, c'es déprimant de voir notre galaxie comme cela... En venant ici je croyais croisé des amis, ou rencontrer des connaissances... Mais rien de tout cela
-Je le sais bien, c'est triste mais que voulez vous?


Arkanta avait fini sa beri biere, elle n'était pas très bonne. et l'ambiance n'arrangeait rien.
Il décida de repartir de suite car il sentait que personne ne viendrait discuter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vincent Muldri
Empereur


Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 28/08/2005

MessageSujet: Re: Le Marcheur du Ciel, interdit aux Droïdes   Dim 28 Aoû - 20:14

J'étais certain d'une chose : si je venais et imposai mes idées d'un ton péremptoire, je n'aboutirai à rien. La meilleure manière était encore de poser des questions, d'écouter d'une oreille attentive les réponses, et, après, une bonne dose d'improvisation. Ca ne serait pas facile, mes interlocuteurs étaient de guerriers pour qui le combat était l'essence même de l'existence mais si je reculai devant la difficulté dès le départ, je savais que je n'irai pas loin. Prenant une profonde inspiration et serrant mon attelle, j'entrai en claudiquant dans le Marcheur du Ciel, repère des feydakins d'Asharra. Je lancai immédiatement au barman et peut-être de manière un peu trop nerveuse :

Une bière, s'il vous plaît !

L'homme acquiescia et je vins m'asseoir avec quelque difficulté à cause de ma jambe en moins à côté d'une table libre. Je remarqua que ma blessure n'attirait pas tellement l'attention : normal, ces hommes avaient surement déjà vu des membres amputés durant leur vie.
Tandis que le barman apportait ma bière -que je paya avec l'une de ms toutes récentes pièces de monnaie sénatoriale que je venais d'acquérir au bureau de change-, je me jeta à l'eau :


Messieurs, dis-je suffisamment haut pour être entendu de tous, bien que récemment arrivé sur Sénata, la réputation du Marcheur du Ciel m'a poussé à venir ici. On dit qu'ici les feydakins acceptent de parler de leur foi et de leurs aspirations et j'aimerai en savoir plus à ce propos. Y aurait-il quelqu'un qui accepterait d'en discuter avec moi ?

Ma voix s'éteignit et, plus nerveux que jamais, je m'attendais au pire, craignant le caractère surement impulsif de ces feydakins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yrt'le!x
Empereur
avatar

Nombre de messages : 84
Date d'inscription : 15/03/2005

MessageSujet: Re: Le Marcheur du Ciel, interdit aux Droïdes   Mar 30 Aoû - 14:58

Un homme se leva et se dirigea vers le nouveau venu. Plutôt petit, il était vêtu d'une combinaison de combat noire sur laquelle brillaient trois insignes argentés: un scorpion, un phénix et un entrelacs de ronces. Mais sa caractéristique la plus frappante était sans conteste le masque de porcelaine blanche qui masquait ses traits, n'offrant à son interlocuteur qu'une surface lisse et impassible. Sa voix, lorsqu'il parla, était douce et posée, mais avait un je-ne-sais-quoi de désagréable, comme si certaines de ses harmoniques ne cadraient pas avec le reste.

Subakh ul kuhar, étranger. Je me nomme Yrt'le!x, Mahaï de Kraunis et Sadus du Djihad Solaire. Je serais ravi de répondre à vos... un moment, je vous prie.
Koreb, si tu poses la main sur ce verre, tu auras besoin d'un sac pour la ramener chez toi! Lança-t'il en posant la main sur son krys. Puis, ayant récupéré sa consommation sur la table qu'il occupait précédemment, il revint vers le visiteur.
Saleté de réformistes, ils se croient tout permis même ici. Alors comme ça, un hors-freyn veut connaître la foi des fedaykin? Quelle foi? La foi de quels fedaykin?

Remarquant une lueur d'incompréhension dans le regard de son interlocuteur, Yrt'le!x reprit.

L'erreur que font la plupart des étrangers, c'est de considérer le Djihad comme une alliance monolithique, où seule une façon de penser est autorisée. Les autorités sénatoriales ne nous ont elles pas qualifiées officiellement de "doctrinaires"? Imbéciles... la Lumière d'Asher-râ s'est répandue sur des milliers de mondes, s'adaptant à chaque fois au contexte où elle allait s'implanter; le Djihad est un édifice philosophique en équilibre précaire entre différents courants de pensée qui s'efforcent de parvenir à un compromis les uns avec les autres sans relier leurs principes; et certains croient encore que nous n'avons qu'une seule ligne de pensée autorisée?
Néanmoins, je ne peux vous blâmer pour des erreurs qui ne sont peut-être pas les vôtres, et je répondrai à vos questions aussi complètement que je le peux. Allez-y, ser... comment vous nommez-vous, au fait?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vincent Muldri
Empereur


Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 28/08/2005

MessageSujet: Re: Le Marcheur du Ciel, interdit aux Droïdes   Mer 31 Aoû - 10:27

Un peu pris au dépourvu par cette réponse à contre-pied de ce que j'attendai et déconcerté par l'étange allure que m'offrait mon interlocuteur, je bredouilla :

Euh, oui, je m'appelle Vincent Muldri, je suis ici dans le cadre d'une on pourrait dire étude dont le dogme et les idéaux du Djihad Solaire en sont une partie. Vous voyez, je n'ai pas pu vraiment trouver les réponses que je voulais par mes seules recherches et c'est la raison de ma venue ici. Voici ma première question : Que prône votre déesse ? Oh, j'ai bien sûr entendu parler du Djihad mais cela se limite-t-il à cela ?
Vous comprenez, j'appartiens à une communauté qui cherche le moyen de rétablir la paix dans la galaxie par une manière pacifiste. C'est une tâche ardue, comme vous pouvez l'imaginer et mon étude porte sur ce que l'on peut appeler les éléments "irrationnels", c'est-à-dire qui échappent à la logique. A ce titre, il y a la Foi. Euh, ne vous méprenez pas, je ne veux pas dire que votre foi est irrationelle,
ajoutai-je rapidement avec un coup d'oeil angoissé sur le kriss, mais qu'elle est difficile à comprendre et à intégrer dans une perspective uniquement logique, si vous voyez ce que je veux dire...

Ma voix mourut tandis que je regardai en coin la figure de marbre de l'homme (en était-ce un, d'ailleurs ?) qui me faisait face. J'avais perdu déjà une jambe et je tenais beaucoup à la seconde, j'espérai donc que je n'avais pas commis un terrible et fatal impair.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yrt'le!x
Empereur
avatar

Nombre de messages : 84
Date d'inscription : 15/03/2005

MessageSujet: Re: Le Marcheur du Ciel, interdit aux Droïdes   Mer 31 Aoû - 12:44

Un bruit vint rapidement meubler le silence, un bruit qui faisait penser à la toux d'un homme qu'on étouffe sous un coussin... Yrt'le!x riait.

Ne vous en faites pas, jeune homme, seule les intentions blessent, pas les mots. Ceci dit, si je commande tout d'un coup une bouteille de chianti et un plat de fèves, filez sans demander votre reste... Je plaisante, bien sûr.
Pour ce qui est de nos règles de vie... Ibn Quirtaiba, ainsi vont les Saints Mots:
- Toute espèce sentiente de la galaxie a en elle une parcelle de la Flamme; tu ne jugeras ni par l'apparence, ni par l'obédience, mais sur les actes et les buts.
- Tout culte est un hommage à la Flamme; tu ne persécuteras point un croyant parce que sa vision n'est pas la tienne, car mille chemins peuvent mener au même point et il revient à Asharra seule de décider du chemin de chacun.
- Tu es un fedaykin, l'image vivante du respect et de l'honneur; lorsque vient hélas le temps où parlent les armes, agis avec respect envers tes adversaires et dévotion envers ta déesse.
- A travers les actions de chaque croyant, ceux qui n'ont pas encore reçu la Lumière entrevoient un reflet de sa foi; n'agis pas inconsidérément ni à l'encontre de ta foi, et cherche toujours le juste chemin.
- Sois maître de toi et de tes émotions, car Ghafla, la mouche qui détourne l'attention, pourrait te mener hors du Sentier de Lumière.
- Nul n'est exempt de tare sinon Asharra; sache te remettre en cause et accepter les critiques, car elles bâtissent les murs qui t'aideront à rester sur la Voie.
- Les Anciens ont vu de nombreuses choses et Asharra leur a accordé de vivre pour en témoigner; sache écouter leurs conseils et en tirer profit.
- Le Sietch est devenu ton refuge à jamais; sache le défendre, par tes actes et tes paroles, lorsqu'il est menacé, aussi longtemps que la Flamme de Vie brûlera en toi.
- Tout chemin de vie commence par un pas titubant; aide tes semblabes les êtres sentients à progresser en les épargant s'ils sont jeunes ou faibles, et en ne prenant pas plus que ce qui t'est nécessaire.

C'est là le catéchisme que les Anciens apprennent aux jeunes wali; telle est la Juste Voie du fedaykin.

Un coeur de "bi-la-kaifa" murmurés retentit dans la taverne, étrangement silencieuse durant cette litanie. Le Sadus, tête légèrement baissée, ne disait plus rien. Comme toujours après qu'il ait énoncé les règles, son esprit flotta quelques secondes à la rencontre de ceux de ses frères qui étaient morts pour suivre cette voie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
flodevil
Empereur
avatar

Nombre de messages : 366
Date d'inscription : 12/03/2005

MessageSujet: Re: Le Marcheur du Ciel, interdit aux Droïdes   Sam 24 Sep - 1:38

** Bourbier 12h30 **


Gob se balladait sur Sénata à la recherche d'un lieu de dévotion gel-douche où il pourrait rendre grâce à la Grande-Mère Herpé! D'ailleurs à ce propos, il se demandait dans sa petite tête ronde et noir de boulet bouboulle si il n'y aurait pas coucherie et batifolage entre Mamy Herpé et Papy mops !!! Enfin laissons aux plus grands journaliste de l' Aurore, le soin de lever le soleil sur cette histoire, les chiens ne font pas des chats et si le pursuer noir d' Henry IV était vraiment blanc, alors les bruits de corridor et autres couloirs de bus pourraient s'avérer des plus fondés!!! Mais passons...


C'est donc armé d'une loupe, d'un télescope et de l' intégrale de Cléderman, le Mozart du walk man que Gob était entré en investigation dans les quartiers de Sénata, a la recherche d'un lieu susceptibles d' accueillir ses louanges pour les des seins de Mamy (desseins tombant par ailleurs, vu l'âge...). Force est de remarquer que lesdits lieux ne sont pas foule dans Sénata bien au contraire. On pourrait même dire que de lieux saint, il n'y en a cure! D'ailleurs, le saint du saint, c'est planta saint et rien de mieux qu'une cure thermal de margarine pour que se plantent des seins au milieu de votre poitrine, seins de graisses ou saint en grâce, la limite est encore floue à ses yeux. Mieux vaut il avoir des seins à damner un saint ou un saint dédaigneux des seins. Tout ce mic-mac théologique embrouille son esprit sous le soleil caniculaire d' Asharra! A ces tergiversations, s'ajoutent que Gob reçoit comme une claque de la déesse solaire, qu'elle lui tape dans l' oeil, son cerveau s' échauffe sous ses rayons de lumière, bref, il chope une belle insolation. S' écroulant tout de go, tel un vieux sous le soleil caniculaire aoûtien, Gob commence à suer à grosses gouttes! Sur le sable chaud, les cocotiers font de l'ombre mais sous les pavés de Sénata plus de boue que de plage, coquillage ou crustacés.


Fiévreux et délirant le boulet déboulonne! De son corps échauffés, suintent des gouttes d'eau échaudées par la communion avec le soleil, avec la déesse! Une mare se forme, puis un torrent, les pavés Sénatiens s' enfoncent, sont submergés par tout le liquide éthanolés présent dans le corps de l' illuminé. Fendant l'écume sur son radeau pavimenteux, Gob en conquérant d'un nouveau genre se sent comme transporté aux pays des dieux. Barque de Charron vers un nouvel enfer, vaisseau d' Ulysse vers un voyage sans retour ou Hollandais volant vers l' horreur total, son étrange voyage n'a pas encore de but. Déjà le vent se lève et Gob vogue dans ses rêves. La douce brise, murmure d' Asharra lui souffle à l' oreille un chant chuintant et mélancolique. La déesse pleure, elle souffre abandonnée qu'elle est par ses disciples. Les fils d' Asharra l'ont oubliés , ils se complaisent dans la luxure de leurs empires. Plus personne ne vient narrer son Hajj dans les tavernes de Sénata, la dîme d' Asharra n'est plus appliquée et même Le marcheur du ciel est déserté. Néanmoins, la déesse avance comme ultime affront que plus aucun temple à son nom n'est ouvert sur Sénata. Un lieu où jeunes empereurs, vieux croyant exilés de l'ordre guerrier du Djihad ou simples fremens peuvent se retrouver n'est plus depuis maintenant trop longtemps. Dans le monologue de Asharra transparaît toute la rancoeur d'une mère envers ces enfants qui l' abandonnent. Pardonne leur grande déesse de leur faiblesse, car ils ignorent tout ce qu'ils te doivent, ils ont oubliés d' où ils venaient. Souvent, l'oubli est la plus cruelle des blessures.


Soudain une tempête d' asphalte secoue le corps de Gob. La déesse s' éloigne inexorablement et le boulet reprend ses esprits. Étendu dans le Bourbier, il n'a pas bougé d'un pouce! Voyage onirique, métaphore inextricable, songes inspirées, rien ne peut vraiment décrire l' extase qu'il a vraiment décrit. Dans son esprit tout est limpide, illuminé par la clairvoyance d' Asharra, le Djihad va devoir payer pour sa négligence, il va devoir se rendre compte que sa déesse n'est plus sienne!





** Le Marcheur du Ciel 17h00 **


Une pièce de cuir verte foncée, quatre cordes tendues formant un carré en son centre. Petit à petit, la caméra s' éloigne et le contour d'une gourde se dessine. Puis, la caméra continue à s' écarter et les formes d'une autre gourde se dessine: GOB! Néanmoins, aujourd'hui, pas d' Albagob, de Gobdorack ou autre Gob-Michet mais l' empereur Gob en habit de guerre. Aujourd'hui est un grand jour, aujourd'hui Gob est bien décidé à secouer les indolents Fedaykins. Notre héros se trouve devant la porte du repère officiel des fidèles d' Asharra. Gob tapote la petite pancarte recouverte de mousse qui indique que l'endroit est interdit aux droides. Il lève son pied , puis lançant son fameux coup en croissant de lune circulaire ,il tente d' ouvrir avec classe à la volée la porte du bar. Malheureusement, un vérou inopiné entrave l'ouverture et les orteils du prétentieux kung-fu fighter prennent l' apparence d'une purée de céleri! Il a les larmes qui montent aux yeux, sa figure est telle un steak tartare! (un café et l' addition) Il retient un cri animal sous sa glotte et tire la chevillette et la bobinette cherra...


L' atmosphère est glauque et silencieuse dans le taudis presque désaffecté. Néanmoins, Gob reconnaît quelques silhouettes d' empereur arborant habituellement le blason aux couleurs de la déesse. Habitué des débits de boisson, il va s' accouder au comptoir fait signe au barman Igor qu'il souhaite une petite binouz puis se retourne et lance d'un ton désinvolte:







N'y aurait-il donc que des droides aux batteries vides dans ce bar à eau ?



Lorsque les anciens parlaient du Marcheur du ciel, ils décrivaient un endroit plein de vie. Ils nous racontaient les pièces de machines qui volaient à travers la salle à toute occasion. Ils se remémoraient, sourire au coin des lèvres avec un l' ambiance enfumée et les chansons fremens qui hantaient les rues de Heber pendant de longues nuits. C'était selon leur dire un lieu où l'on pouvait sentir les fantômes des plus grands guerriers. Maintenant, la morosité a gagné ces lieux et le marcheur du ciel ne suit rien d'autre en fait que le chemin de décrépitude intellectuelle dans laquelle tombe maintenant cette galaxie. Seul l' alcool a gardé sa saveur d' antan mais on dirait que la boire sans compagnie glorieuse tend à le rendre moins agréable. Pauvre de vous si même un endroit aussi prestigieux que celui la oublie ces racines, se dessèche peu à peu comme une fleur de feu sous le soleil destructeur d' Arakis. Même les ex-membres de la glorieuse Red-Faction, les grands Fedaykins Rouges vont laissés sans bouger cette taverne passée au main d' impérialiste païen. Ce n'est pas un hasard si des bruits courts quand à la transformation de ce fourbis attachant un en vulgaire musée des oeuvres fremens. Bientôt cette taverne ne sera plus qu'un salon de luxe pour les plénipotentiaires pèlerins, un palace sans âme pour tous les fortunés pensant racheter par leur trésor le pardon de la déesse...


Lorsque les anciens parlaient des Fedaykins, des frissons semblaient insidieusement parcourir leur corps. Les faits d' armes des Corwin, Hastur ou autres Aenande étaient chantées aux quatre coins de Sénata. Je vous parle d'un temps , que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître, un temps où votre renommée était telle que le simple soupçon de vision d'un oeil rendu bleu par l' épice faisait tressaillir les plus courageux. Peut être êtes vous rester toujours aussi vaillant mais rare sont ceux qui entonnent encore les hymnes à votre honneurs. Plus aucun ménestrel, troubadour, prêcheur ou chanteur de pop métal trash goth n' entonne des hymnes en votre honneur. Même votre guerre autiste contre l' ordre nébulaire passe sur le billot de la désinformation. Chat échaudé craint l'eau froide dit on. Est ce le nombre de coalition formée à votre encontre qui vous a mouillé au point de ne plus paraître auréolés par les regard suppliants des ennemies de la déesse. Si ce lieu devient un musée, les Fedaykins ne serviront bientôt plus qu'à la parade. Rendu muet par la lassitude et la perte de leurs valeurs, vous ne semblez pas prendre la complète mesure des mutations de cet univers. Il est fini le temps où tout vous était du. En vérité je suis nostalgique de cette époque. Nostalgique d'un glorieux passé auquel je n'ai pas appartenu mais qui m' impose bien plus que le simple respect. Nostalgique d'une puissance infinie, la puissance du coeur et de la foi qui semblent maintenant bien lointaine recouverte qu'elle est par le linceul de votre silence.


Lorsque les anciens parlaient d' Asharra, une lueur de démence pointaient au fond de leur yeux. L' exaltation du croyant, la flamme de leur foi renvoyaient comme un reflet la puissance de la déesse. Pour ma part, je n'ait jamais été bercé dans les minauderies sacerdotales ou autres mystification bénitière. Je suis même sceptique quand à l'existence réelle de votre divinité, plutôt enclin à croire en la toute puissance de Mère Herpé. Pourtant, je sais qu' Asharra vit au moins dans les tréfonds des coeurs de chacun d'entre vous et cela me suffit. Si vous l' adorez vraiment, si le désir qu'elle vous couve de ces douces aspirations vous taraude réellement, pensez vous vraiment que votre apathie actuelle la satisfasse? Bon dieux, élevez lui des temples, composez des hymnes à son nom, imposés son étendard à la vue de tous pour que tout ceux qui sont perdus puissent s'en envelopper, protection illusoire contre les travers de l'existence. Pensez aux générations futures, votre culte est a un tel point confiné à vos seuls empires que je crains pour sa survie. Allons nous voir votre religion dégénérez progressivement dans une consanguinité mentale. La pensée unique est votre ennemie. Asharra est haine, mais Asharra est amour. Asharra est unique mais Asharra est multiple. Elle se nourrit de votre sang, autant que de votre dévotion ou de vos différences. Agissez sans quoi je prévois qu'elle oubliera ses enfants chéris. Ne vous laissez pas choir jusqu'à l' orphelinat décrépit de cette galaxie, jusqu'au cimeterre des alliances défuntes...




Je ne viens pas ici chercher l' affrontement, mes provocations ne sont pas proférée pour engendrer la violence. Vous semblez avoir perdu l'espoir d'agrandir le culte de la déesse. Elle ne vient plus vers ses fidèles, c'est à eux de la découvrir. Vous devriez l' imposer, elles et vos convictions, dans tous les bas quartiers de cette planète dépotoir. Je tente de vous éveiller à l'existence d'un danger plus périlleux que toutes les forces nébulaires réunies. La seule puissance qui peut vraiment vous détruire vient de vous même, de votre immobilisme forcené en ces lieux. Je ne vous demande pas de tout révolutionner mais d' évoluer, de vous adapter à ce monde. Les guerres ont fait rage dans cette galaxie et des millions de réfugiés errent sans lumière dans l' infinité sombre de l'espace. C'est à vous de leur montrer l' étincelle qui les conduira vers la vérité. Il ne tient qu'à vous de construire un futur plus lumineux qu'il n'a jamais été pour le Djihad Solaire.Dîme d' Asharra, haine des machines à l'homme semblable, invitation au Hajj, sont vos symboles. Hissez les bien haut pour resplendir à nouveaux...






En vérité, Gob avait toujours eu du respect et de l' admiration pour le Djihad Solaire et ceci malgrès sa haine farouche du fanatisme ou de toute sorte d' endoctrinement. Sans Dieu ni maître était sa devise, mais il savait que beaucoup n'était pas assez fort pour affronter sans heurt la dureté de la vie humaine. S' aguerrir physiquement et mentalement nécessitait autant d' exercice que d' expérience. La religion était un pivot important pour tenter de surmonter ces difficultés et celle d' Asharra prônant des valeurs guerrières et une philosophie humaniste était adapté au mode de vie de cette époque troublée. Gob ne pouvait savoir de quelle façon serait pris son discours, Après tout, il s' était jeté dans la gueule du loup en agitant ses jambonneaux devant sa truffe. Calculant ses chances d'en sortir vivant, il s' aperçut que cela avoisinait le nombre de neurone d'un GDC, c'est à dire très peu. Il posa tout de même sa main sur le fourreau de son sabre tout en espérant n 'avoir par la suite qu'à débattre plutôt qu'à se battre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Marcheur du Ciel, interdit aux Droïdes   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Marcheur du Ciel, interdit aux Droïdes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Cata] Interdit aux voleurs
» tournoi yugioh du 02/09/09 interdit au JB
» CIEL
» aide pour un AE mono energie ciel
» Campagne "Le trésor venu du ciel" (Version 8 de Warhammer)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de Planetium :: Planetium RP - Sénata V :: La Cité de Sénata V-
Sauter vers: