AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un ultime message

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Homme mourant
Empereur


Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 25/11/2005

MessageSujet: Un ultime message   Ven 25 Nov - 3:22

Le vent était frais en ce milieu du mois de Juin 3218. Il était 6 heures du matin, heure local, mais l’horloge sénatoriale n’était qu’une convention, et plusieurs millions de monde étaient représentés sur Sénata, centre névralgique de la galaxie. Le Sénat ne connaissait pas de repos, il n’y avait plus de nuit, plus de jour, plus de jours chômés quand la vie de trillions de citoyens était en jeu. Les abords du Sénat grouillaient d’activité et le ciel obscurcit par de denses nuages noirs semblait gronder, mais ce qui pouvait être pris pour un roulement de tonnerre interminable n’était que la rumeur incessante des véhicules anti-gravité qui déchargeaient leur lot quotidien de hauts fonctionnaires et d’employés administratifs. Les droks affectés à l’entretien des bâtiments achevaient de retirer les affiches de propagandes éculées qui avaient été collées durant la nuit. Sur l’une, on pouvait lire « Lé sénateur son tous pouri », sur une autre s’étalait en noir « J’enmerde planetium ». La décrépitude intellectuelle de la planète se confirmait de jour en jour… Les Empereurs allaient et venaient, la plupart n’accordaient qu’un bref regard exaspéré à ces multiples preuves de décadences.

Un homme avançait dans les rues de la cité, se dirigeant vers le Sénat d’un pas bancal. Il s’arrêtait parfois pour contempler l’immense bâtisse d’un regard amorphe avant de reprendre sa route. Ses vêtements étaient déchirés en plusieurs endroits et une tache de sang coagulé souillait le dos de sa chemise. Il atteint enfin l’escalier vertigineux qui conduisait à l’entrée numéro 2 de l’aile ouest, activa d’une main tremblante la commande de l’ascenseur a suspenseurs et entra dans le hall. Une voie synthétique retentit aussitôt :


« Alerte ! Votre authentification biométrique a échoué. Veuillez lever les bras, garder vos mains en vue et rester immobile jusqu’à l’arrivée des forces de sécurité. Je répète… »

L’homme ne ralentit pas. Il avança de quelques mètres et parla d’une voix tourmentée : « Ecoutez moi, je dois vous faire passer un message. Il m’a libéré pour que je vous mette en garde ! Vous devez m’écouter. Il offre puissance et richesse à qui veut Le servir et souffrance éternelle aux autres. »

Les haut-parleurs du service de sécurité continuaient leur rengaine, mais cela ne semblait pas gêner notre homme qui poursuivait : « Je ne L’ai pas pris au sérieux. Il m’a fait connaître la souffrance… tant de souffrance ! Oubliez tout espoir, car l’Empathie n’a plus sa place en ce monde. Collaborez, c’est le seul moyen que vous aillez d’éviter de servir d’appât. L’espèce humaine périra, vous n’y pourrez rien ! »

Un escadron de sécurité sénatoriale débarqua. Les soldats à l’uniforme noir frappé du sigle de Sénata encerclèrent rapidement l’intrus, brandissant fouets neuroniques et éclateurs. L’un d’eux cria : « Monsieur, ne faites pas de mouvements brusques, levez les mains en l’air, déclinez votre identité et la raison de votre présence en ces lieux. Est-ce que vous m’avez compris ? ».

L’homme poursuivit comme si de rien n’était : « L’Intelligence Ultime existera, Elle supplantera vos Dieux, Elle éliminera nos sentiments ! Nous reviendrons à l’état d’animaux et nous disparaîtrons ! Acceptez le et servez le Gritch ! Il saura vous récompenser, Il vous offrira tant et tant de choses ! Si vous refusez cette offre, vous finirez empalés sur l’Arbre de la Douleur comme je l’ai été ! Tans de siècles de souffrance ! Je suis enfin libéré ! »

Il leva la tête vers le plafond. Des larmes coulèrent le long de ses joues. Dans un sanglot, il bafouilla une imploration emprunte de terreur : « Seigneur de la Douleur, j’ai obéis à vos ordres ! J’ai fait passer votre message ! Ô Seigneur, je vous en supplie, accordez moi la délivrance comme vous me l’aviez promis ! »

Les gardes s’étaient approchés, tenant l’homme en joue. Celui qui avait pris la parole un peu plus tôt parla : « Monsieur, personne ne vous fera le moindre mal. Levez les mains afin que nous puissions les voir et laissez nous… » la phrase mourut sur les lèvres du soldat. L’homme venait de s’effondrer en se tenant la poitrine. Son visage était figé dans un étrange sourire…

Un attroupement s’était formé autour de la dépouille de l’inconnu. Les soldats entreprirent immédiatement de disperser la foule tandis que leur supérieur demandait des instructions via son bloc poignet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le musicien des rues
Empereur


Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 11/05/2005

MessageSujet: Re: Un ultime message   Ven 2 Déc - 2:22

Après tant d’années passées à fuir, a masquer son identité et à se battre contre des chimères, le musicien des rues avait finalement appris l’horrible vérité sur le massacre de sa famille et sur sa déchéance.

C’était à l’époque où il écrivait pamphlets et autres satires à l’encontre du Djihad Solaire, alliance qu’il avait toujours considéré comme responsable de la chute des siens. Il avait un jour rencontré cette vielle femme, qui lui avait adressé la parole alors qu’il s’en allait conter une énième fois la décadence des serviteurs de Ashar-Râ. Elle semblait être une personne de la rue comme lui. Mais son apparence était trompeuse. En effet, la vielle femme était une des multiples incarnations de l’Empathie, et le musicien était en train de rêver.

Le responsable de tous les malheurs du saltimbanque n’était pas le Djihad Solaire, mais le Gritch. Dans un futur lointain, la famille dont le musicien était issu aurait constitué un rempart important à l’intelligence ultime, et c’est la raison pour laquelle le Gritch les avait fait assassiner, tout en laissant croire à une exaction du Djihad Solaire.

Pendant longtemps, le musicien des rues avait été incapable de se regarder dans un miroir. Il avait joué le jeu des assassins de ses proches et cela le rendait malade. Mais après les multiples incidents qui venaient de marquer la planète, il décida de reprendre sa balisette et de prendre la route du Sénat.

Un homme était mort récemment ici, et le musicien ne pouvait s’empêcher de songer que cette victime du Gritch pouvait fort bien appartenir à sa propre famille. Il gratta doucement les cordes de sa balisette. Bientôt, sa voix retentit à nouveau après de longues années de silence :



Vers notre sort
Vers notre mort
Poussés par notre évolution
Croyants en notre perfection

Nous avançons

Vers le linceul
Vers le funeste
Rendus aveugles par notre orgueil
D’une importance si manifeste

Nous avançons

Vers le néant
Vers l’inaction
Petits animaux arrogants
Destinés à la régression

Nous avançons

Vers la violence
Vers la démence
Ployants sous le joug virtuel
Des parasites artificiels

Nous avançons


La mélodie se fit plus rapide. Le rythme changea et le musicien des rues entonna le dernier couplet de son chant :


Mais l’humanité peut encore être sauvée
L’Intelligence Ultime peut être éradiquée
Si nous réussissons à faire abnégation
De nos rivalités, de nos oppositions


Il se tut. Au loin passait une délégation des empereurs de la Stella Aquilae. Le musicien des rues regarda dans leur direction, fixant le vide au dessus de leurs têtes. Il sourit tristement, puis s’en alla.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Un ultime message
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rétro FS : la rétro de tonton
» L'GUERRIER ULTIME !!! (ou L'ARENE DES GLADIATEURS !!!)
» Message Vocal.
» Du lapin à l'ordi pour du message vocale ?
» Message de présentation & de recrutement

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de Planetium :: Planetium RP - Sénata V :: Archives du Sénat-
Sauter vers: