AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Planètes, civilisations & Trésors (Atlantide II)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Eragon
Empereur
avatar

Nombre de messages : 85
Empire : Sénata V
Date d'inscription : 20/04/2005

MessageSujet: Re: Planètes, civilisations & Trésors (Atlantide II)   Lun 19 Déc - 1:03

Tienn suivit de Minas, ils étaient entrés et lorsque la porte s’était fermée sur chacun d’eux plus aucun son ne filtra, la porte était hermétique. Eragon regarda la porte, il se souvint des paroles de Tienn et ôta ses lunettes, il n’avait pas besoin d’elle pour ressentire l’aura magique qui sévissait de l’autre coté de la porte. De plus il n’était pas seul, il n’était jamais seul, le souvenir d’Ombre lui revient en mémoire, la douceur de sa peau… il rêvassa un instant puis voyant que les autres attendait de savoir le quel serait le prochain à passer, il fit quelque pas en direction de la porte. Il empoigna la poignée et en quelque seconde il perçut la différence de pouvoir entre lui et la pièce, elle était bien plus puissante que lui, bien plus puissant qu’il ne pouvait l’imaginer ou même l’envisagé. Ce fut Bryn qui le ramena à la réalité, elle lui souffla :

-Illusion, c’est le mot dont Tienn a dit qu’il fallait ce méfier, souvient toi, montre-moi que tu es plus fort que sa, que ton esprit peut passer plus loin.

Eragon reprit confiance, tourna la poignée et entra.
Il faisait noir a l’intérieur de la salle, complètement noir, le néant l’entourait c’était sa seule explication rationnelle. La porte se referma derrière lui, il jeta un dernier coup d’œil a ses amis et le dernier visage qu’il vit fut celui de Soranus qui lui faisait un clin d’œil et avant qu’il ait pu le lui renvoyer la porte s’était refermée. Immédiatement il sentit la douce brise d’un vent frais et en un éclair venant de la droite une série d’image défilèrent devant ses yeux, un décor géant. Il se stabilisa et il constata ébahit qu’il était sur sa terre natale… l’Alagaësia ! Il fit quelque pas, s’agenouilla et prit un peux de terre en main, il respira son parfum, un parfum métallique, oui il était sur sa planète d’origine et proche d’une mine, une mine de nickel de toute évidence vue les quelque morceau de pierre verte qui jonchait le sol, les camions plein à craquer devait en perde en chemin… Il sourit content de retrouvé sa planète. Il n’eut pas plus de temps pour se réjouir car déjà un vent violent caractéristique des grandes pleine venait de se levé, il en déduit qu’il était proche de la ville souterraine d’Al-Vor. Il se dirigea donc vert la cité et arriva rapidement a un petit édifice conçu pour ne pas offrire de résistance au vent. Il ouvrit la porte de l’édifice et rentra, il était dans une salle circulaire et immédiatement le planché métallique de la salle descendit sans surprendre Eragon qui connaissait bien sa ville natale, la ville souterraine bâtie dans les profondeurs de la terre dans l’espace dégagé par l’extraction des minéraux et ainsi a l’abri des vents violents capable de renversé un immeuble en un rien de temps. Lorsque la pièce stoppa son mouvement et ouvrit ses portes Eragon fut prit de nausée. Un corps éventré visiblement appuyé contre la porte de l’ascenseur venait de tombé devant lui. Le corps était rigide et le visage de l’homme présentait une grimace affreuse qu’Eragon traduisit en une terreur affolante. Le sang était séché, cela avait eu lieu il y a pas mal de temps. Il leva les yeux vers les premiers bâtiments de la cité et vit les murs entièrement fissuré et délabré. Eragon ramassa la lance du garde et avança dans les rues parsemées de cadavre figé par la mort un rictus de terreur intense déformant leur visage. Eragon se précipita vers le palais ou son père conseillé de l’empereur siègerait certainement en sa compagnie. Si la ville était aussi calme c’était que l’ennemi était certainement parti mais si c’était celui qu’Eragon soupçonnait de ce désastre il devait être toujours là entrain de festoyé des corps répandus ici et là.
Il arriva au palais qui était tout aussi silencieux que le reste de la ville. Non, il y avait un faible son qui semblait sortire de la salle du trône. Il s’y précipita et ouvrit la porte violemment sans aucune discrétion, elle émit un bruit sourd lorsque ses charnières lâchèrent après le choc contre le mur et tomba sur le sol soulevant un épais nuage de poussière. Soudain sans cris égard une masse aux formes d’insecte et plus précisément d’une mante religieuse régente sortie du nuage en un tourbillon déployant ses deux lames osseuses acérées comme des rasoirs, un Ts’Lich comme Eragon l’avait deviné. Eragon, à peine surprit de la nature de son opposant, leva sa lance et la créature s’empala dessus. Le nuage de poussière se dissipa présentant un tableau apocalyptique avec plusieurs garde étendu dans une marre de sang, l’empereur gisait mort sur son trône éventré comme les autres. A ses pieds le père d’Eragon et juste a coté de lui gisait le corps d’Ombre. Il se précipita vers elle devinant qu’il n’y avait rien a faire pour les autres. Elle avait une entaille profonde au niveau de l’abdomen qui saignait abondamment, lorsque Eragon la prit sans des bras elle ouvrit à moitié ses beaux yeux noirs et tendit sa main droite, elle effleura la joue d’Eragon, sourit légèrement et sa main s’effondra, ses paupières se fermées, seul son sourire ne s’effaça pas. Eragon se mit à crier, un cri de désespoir intense et il s’effondra sur le corps sans vie de sa bien aimée. Il se fichait complètement de ce qu’il pouvait lui arriver. Il pleura longtemps sur le corps d’Ombre lorsqu’il entendit une faible voix qui répétait inlassablement :


-Illusion, tout n’est qu’illusion…

Eragon se releva déposant le corps d’Ombre doucement sur le sol et émit un cri de rage intense, si puissant si chargé de haine envers cette salle qui lui avait fait subire le pire moment de sa vie que tout le paysage éclata en morceau comme un miroir et il se retrouva dans un couloir éclairé par des flambeaux. De part et d’autre une grande porte. Il se leva tout avait disparut, il avait comprit, il se dirigea vers la porte de droite sans une ombre d’hésitation et lorsqu’il ouvrit la porte et passa de l’autre coté un rugissement se fit entendre :

-AH ! ENFIN TU M’ECOUTE, NON MAIS FRANCHEMENT, TU N’IMAGINE PAS DEPUIS COMBIEN DE TEMPS J’ESSAY DE TE JOINDRE POUR TE RAPPELLE A LA RALITE !

C’était Bryn manifestement furieuse qu’Eragon ai rompu les communications depuis si longtemps à cause de la rage, de la haine et de la tristesse. Il eut envie de rire mais son expérience l’en empêchait, il ne pouvait pas rire et a ce moment il trouva le corps de Tienn et celui de Minas. Il les accouda contre le mur et leur fit boire un peux d’eau songeant à leur renversé un peut dessus pour les réveillé mais préféra les laisser se remettre de leurs émotions car s’il avait eu affaire au même genre de test il pouvait comprendre leur état mais plus grave Minas était rouge sang et pour cause il portait de multiple entaille sur tout le corps. Eragon entreprit de les lavé et de les soignée en attendant que les autres arrivent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ultimesse.forum2jeux.com/
Van Fanel
Empereur
avatar

Nombre de messages : 120
Empire : Planete Eredeen 3eme Nebuleuse d'Orion (Nantes)
Date d'inscription : 28/03/2005

MessageSujet: Re: Planètes, civilisations & Trésors (Atlantide II)   Lun 19 Déc - 1:45

Van se sentit violemment attaqué par Tienn mais peux lui importait, elle avait affronté des Jedi tant mieux pour elle. Notre padawan trouva son sabre, et ses deux desert, qu'il n'avait pas pu emmener,

dans le sac de Minas qui lui valut un sourire de gratitude. Puis il franchit la petite porte entrant dans les souterrains en gardant Archane.

Le cortège funèbre le laissa indifférant, a quoi bon souffrir pour les autres alors qu'on souffrait déjà assez seul. Van continua a avancer et voyant Tienn, Minas, et Eragon passer la porte il les suivit.

Derrière cette porte ce trouvait rien sauf une autre porte, Van se dirigea vers cette autre porte et quatre filins métalliques lui coupèrent la route un Guymelef.

Il sortit de l'obscurité le Guymelef rouge de Dylando ; il avait brûlé Fanelia sur ordre de Folken de la cours de Fanel son propre frère. Une grande colère s'empara de Van, et il se mit a foncer vers le Guymelef quand il le trancha, il disparu.

Une illusion pensa Van.

Puis il revit Jor Drakas tuer son père quand il n'avait encore que 8 ans. Et Vargas l'aider a s'échapper en donnant sa vie pour lui. Et son frère apparut sortant une épée. Il fondit sur Van. Une autre force attaquais Van en même temps,

laquelle était une illusion ?

Peut importe, Van déplia ses ailes et s'envola pour esquiver les attaques et il trancha les deux masses. Si cette pièce devait lui faire du mal en l'obligeant a tuer ses proches ce n'était pas gagner,

Van était Jedi et il était entièrement désintéressé ; Il se réjouissait de ses proches qui retournais a la force.

Il franchit la porte et vit Tienn et Minas en très mauvaise état avec Eragon qui les soignait comme il pouvait,

Van s'approcha de lui et lui montra des plantes curative qu'il avait cueillit dans la journée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Archane
Empereur
avatar

Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 26/06/2005

MessageSujet: Re: Planètes, civilisations & Trésors (Atlantide II)   Mer 21 Déc - 3:07

Plusieurs personnes étaient rentrées et pas un bruit ne s'échappait de la salle. Que se passait il à l'intérieur ? Seuls ceux qui étaient entré le savaient. Et si ce qu'elle cherchait était là et qu'il le trouvait avant elle ? Non ce n'était guère possible en plus il n'aurait aucun intérêt pour eux. Elle angoissait petit à petit se disant qu'elle avait peut êter fait ce voyage pour rien. Archane sortit alors son sabre et le vérifia. Le niveau d'énergie de celui ci était au plus bas.

Ces andouilles de l'incorporation ont du le tripoter. Heuresement ils n'ont que vidé ses réserves. Je comprends meiux pourquoi l'holo m'a laché tout à l'heure. J'irais leur rendre une petite visite quand tout ça sera fini.

Il s'imagina ces andouilles de gardes en train de s'acharner sur son arme. Elle eut un léger sourire aux lèvres tandis que sa main cherchait quelque chose dans son dos. Elle ramena une petite boîte contenant de petites boules bleues.

Au moins ils n'ont pas touché aux réserves d'énergie. pensa t'elle.

Elle ota un de ses gants et passa son pouce sur le tranchant de la lame laissant couler quelques gouttes de sang sur le métal brillant. Elle remit son gant et appuya ensuite sur le bas de la garde. Un mécanisme s'enclencha ouvant un compartiment dans cette dernière. Archane y plaça une des boules bleues. Soudain un écran holographique apparut juste devant elle.
Archane pianota dans le vide et quelques secondes après la lame du sabre s'ouvrit montrant furtivement le canon d'une arme qui semblait être un fusil laser et se referma aussitôt. L'écran afficha alors
Test effectué. ESF.

Me voilà prête je serai la suivante.

Elle avait dit cela sur un ton ferme et d'une voix suffisamment élevée pour que tous ceux du groupe encore là puisse l'entendre.
Elle prit la poignée sans hésitation et entra das la salle qui paraissait renfermée bien des mystères.
Si elle a dit vrai il ne servira à rien d'user de mon attirail. On verra bien.
La poignée tourna sans un bruit lui ouvrant une voie vers la salle. Elle la referma soigneusement restant sur ses gardes. La pièce qui se présentait à elle, était vide. Ce qui surprit Archane était qu'elle était toute petite, pas plus de 25m² de suface et la hauteur du plafond culminait à 3m. Elle avanca, marchant pas à pas, se méfiant de chacun d'eux de peur de déclencher un mécanisme quelconque. Mais rien ne se passa. La nouvelle porte se dressait devant elle.
Trop facile ou alors c'est que la mégère est moins bonne qu'il n'y parait.
Comme précédemment Archane tourna la poignée et tira la porte qui s'ouvrait vers la pièce dans laquelle elle se trouvait. Celle ci donnait sur un mur sur lequel était accroché un tableau.
Impossible, impossible! Il a brulé!
Elle se retourna un éclair au son d'un pas feutré dans son dos.
La pièce avait changé il y avait des étagères de bibliothèques à des kilomètres à la ronde, atteignant le plafond. Des milliers d'ouvrages se présentaient à elle bien rangé côte à côte.
Illusion, finalement je me suis faite prendre aussi.
Elle se tourna alors vers le tableau mais celui ci avait disparut laissant place à un mur vide et sans vie. Archane décida alors de continuer son chemin dans la bibliothèque qui venait d'apparaître. Elle marcha toujours d'un pas lent scrutant chaque rayon avec attention, déchiffrant quelques titres par ci par là.
Dix minutes plus tard elle comprit qu'elle s'était perdu dans ce labyrinthe de connaissance. Elle décida de faire demi tour. Elle chercha ses marques de pas mais le sol ne lui avait pas laissé un seul indice. Le pas feutré se fit entendre de nouveau, se rapprochant d'elle peu à peu.

Qui est là ?

Sa question n'eut pas d'écho que des pas qui continuait à se rapprocher. Elle demanda une seconde fois puis une troisième sans réponse que de nouveaux pas toujours plus proches. La chose qui s'approchait n'était plus très loin. Son sabre toujours en main, elle partit dans sa direction.

Je suis las. dit une voix éthérée.

Qui êtes vous ? lanca Archane qui cherchait à localiser le bruit.

Je suis las de te chercher. Viens, approche que je te délivre de ta peine.

La panique gagnait peu à peu Archane. Elle n'arrivait pas à savoir ou se trouvait la personne qui parlait. Gardant son sabre d'une mainferme elle continua d'avancer dans les rayons cherchant à surprendre le nouvel arrivant à chaque détour, à chaque virage, derrière chaque étagère qu'elle croisait et qu'elle arpentait.

Oui, continue. Viens vers moi, viens que je t'achève afin que tu reposes en paix.

Qui est tu bon sang ! hurla Archane.

Mais celui que tu cherches bien sûr, celui qui t'a apporté tant de peine et de haine, celui qui a donné un sens à ta vie!

Archane puait la trouille. L'aura qu'elle ressentait en cet instant était plus fort que ce qu'elle n'avait jamais ressenti. Même ce petit groupe ne dégageait pas autant de puissance. Ses pas continuait de la guider dans le dédale de livres qui n'en finissait pas.
Soudain l'une des étagères se transforma. Devant Archane se dressait une ombre encapuchonné aux yeux suintant le sang.

Regardes moi et tue moi!

Archane ne laissa pas le temps à l'ombre de s'approcher d'elle et enclencha le canon de son arme. Celui ne lui fut d'aucun secours alors que l'ombre se rapprochait. Elle le pourfendit de sa lame. Cette dernière disparut sans demander son reste. Archane se sentit sereine. Elle sentit un léger frémissement dans l'échine. Faisant volte face elle vut une nouvelle étagère se transformer. L'ombre réapparut.

Te voilà donc venger. Maintenant c'est à mon tour!

Les armoires commencèrent à toute se changer dressant une armée ténébreuse brandissat leur lame prête à la tuer elle. Archane sabra toutes celles qui s'approchaient d'elle mais chacune repondait coup sur coup. Le nombre la submegeait mais elle ne perdait pas espoir. Sa rage et sa fureur lui faisait oublié les blessures et le sang qui coulait de ses plaies. La bataille fit rage et Archane s'écroula. Elle avait perdu beaucoup de sang. Son corps était épuisé. Les ombres disparurent la laissant giser sur le sol dans le seul sang qui le maculait, le sien.
De ses dernières forces elle fit sauter une de ses dents de sagesse révélant une pilule qu'elle avala. Elle senti le peu d'énergie qui lui restait, se releva et regarda autour d'elle. Sa vison était flou et elle distinguait mal les choses. Il n'y avait plus d'ombre en tout cas. Elle se dirigea vers un objet qu'elle crut reconnaître.

Enfin je t'ai trouvé.

Elle se laissa tomber dessus perdant l'équilibre. La poignée tourna et la porte s'ouvrit. S'évanouissant elle crut reconaître Tienn contre le mur avant de perdre connaissance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Soranus
Empereur
avatar

Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 12/03/2005

MessageSujet: Re: Planètes, civilisations & Trésors (Atlantide II)   Ven 30 Déc - 20:45

Soranus regardait le groupe se désagréger lentement pour passer dans cette salle inconnue... Il n'était pas inquiet. Une épreuve pouvait à la fois être néfaste au début et bénéfique à sa fin. L'ange des Ténèbres se tenait debout attendant son tour. Ses yeux noirs scrutaient chaque mouvement autour de lui. Son ouie essayait de déceler un quelconque bruit provenant de la salle mais, rien ne filtra.

Doucement, il partit dans l'éther de son esprit. Tout, là-bas, était brumeux... Quelques images s'imposèrent à l'ange noir: Féronia, la marque de la rose noire de son omoplate droit, l'image floue d'une jeune femme qui le hantait depuis de longues années. Soranus erraient dans ses souvenirs puis, doucement il émergea...

Il regarda Machaon et lui lança un regard complice. La louve blanche semblait avoir un peu repris ses esprits. L'ange des ténèbres s'accroupit alors près de celle-ci et lui murmura dans le creux de l'oreille:

- Zaô... Zeteô tu... Hemera... Stéllä... (*)

La louve braqua alors ses grands yeux vers lui... ces derniers flamboyaient comme ceux de Soranus... Celui-ci s'avança vers la porte. En posant sa main sur la poignée de cette porte, il pensa "Illusion, peut-être... Transposition de ce que nous redoutons et craignons sans aucun doute...". Machaon entrerait en même temps que lui, Soranus l'avait décidé. La porte tourna lentement puis, la louve et l'ange entrèrent... le néant enveloppa d’abord la pièce puis, lentement, elle se transforma…

Doucement, un paysage apparut. Une ville entièrement blanche, Eolia la belle détentrice d’une multitude de mystères… Mais surtout, d’un secret particulier. Au milieu de ce lieu lumineux, on voyait une immense bâtisse surmontant la ville. Soranus regardait l’endroit où il se trouvait. Il le connaissait car, c’était là qu’il avait établi son nouvel empire mais, il sentait que ce n’était pas la même ville.

Quelque chose le dérangeait… Il regarda Machaon. La louve regardait fixement la bâtisse du centre puis, elle se mit à avancer seule jusqu’à ce que Soranus murmure de nouveau :

- Zaô... Zeteô tu... Hemera... Stéllä... (*)

La louve s’arrêta instantanément, elle avait repris ses esprits une nouvelle fois. Soranus se mit juste à côté d’elle… Il regarda la bâtisse et fit un signe affirmatif. Soranus se rendit alors compte que bizarrement, il ne portait plus sa longue tunique mais ses habituels habits noirs et une cape rouge sang. Il avait aussi pris sa «vraie » forme. Trois ailes noires dans le dos, ses yeux et ses cheveux encore plus noirs qu’auparavant. Il déploya alors ses ailes et s’envola vers la bâtisse après avoir pris la louve dans ses bras…

Rapidement, il arriva là-bas. Il posa Machaon et observa. Sur sa gauche, il avait entrevu plusieurs ombres se mouvoir… Mais, c’était impossible à qui ces ombres étaient. L’ange avança vers la porte et la poussa. La louve blanche le suivait mais, elle grognait… Cela ne présageait jamais rien de bon. La porte se ferma avant que la louve puisse entrer… Cette, dernière devrait vaincre seule dehors son épreuve tandis que Soranus serait à l’intérieur à lutter contre ces barrières invisibles qui se dressaient devant lui. Il savait ce qui l’attendait.

Dans la pièce, tout était sombre, rien ne bougeait, pas un bruit, pas un murmure, pas un signe… L’ange s’avança lentement sans faire de bruit tout en scrutant l’environnement. Il passa devant divers meubles clairs en bois, devant une table où se trouvaient des roses d’un rouge sang. Alors, il les vit. Elles étaient toutes deux là.

Soranus sentit un frisson parcourir sa nuque. Cette fois, il n’avait pas droit à l’erreur. Il regarda d’abord sa sœur. C’était bien elle même si elle ne lui ressemblait pas… Féronia avec ses vêtements blancs... C’était sa sœur comme il se souvenait d’elle juste avant… avant… Soranus arrêta là ses pensées. Il regarda un dernière fois sa sœur en sentant son aura familière puis, il tourna son regard vers l’autre femme. Elle portait une longue robe noire fine et son visage était caché mais l’ange savait même s’il ne l’avait pas encore rencontrée. C’était elle.

Soranus était là sans bouger comme coller au sol. Il savait qu’il devait avancer mais, ici, il était avec ceux qu’il aimait plus que tout au monde. L’ange des ténèbres hésitait mais, il s’arracha à ses pensées contraires à sa mission et se mit à bouger. Il marcha jusqu’aux deux femmes, les dépassa puis, il entendit un bruit. Il ne put s’empêcher de se retourner. La deuxième femme parla :

- Soranus, attend… Pour mon amour, je t’en conjure, reste encore…

Soranus ne savait que faire… Il resta là. Puis, au détour d’un couloir, on put voir une petite silhouette, celle d’un enfant. Les ailes noires de Soranus frémirent et, ce dernier se retrouva rapidement à genoux sur le sol, la tête dans les mains. Non, on n’avait pas osé ? L’utiliser comme épreuve… Non !

Soranus s’obligea alors à relever sa tête. Devant lui se trouvait toujours l’enfant. Ce dernier avait deux grands yeux noirs et des cheveux de la même couleur et surtout, il ressemblait comme deux gouttes d’eaux à Soranus qui murmura :

- mon fils…

L’enfant sourit alors… L’ange des Ténèbres était dérouté que fallait-il faire ? Il ne pouvait pas laisser son fils ici ? C’était de son devoir de rester. Puis, lentement, l’ange regarda la pièce comme s’il essayait de trouver une réponse à cette question. Son regard se posa sur la rose et il se rappela ces paroles : « Féronia, Soranus, vous les deux seuls jumeaux de Pyrame, toujours fiez vous à la rose ». C’était maintenant que cela prenait enfin du sens. La rose était rouge comme le sang et donc, si Soranus ne décampait pas, il ne sortirait jamais vainqueur de l’épreuve…

Soranus cogitait toujours et le déclic fini par se faire. Devant lui se tenaient trois personnes et chacune était un symbole en quelque sorte. Féronia représentait les souvenirs, les liens familiaux, le passé lié à leurs vies antérieures… la femme voilée représentait l’amour, la seule femme qu’il aimerait jamais et qu’il n’avait pas encore trouvé, l’avenir plutôt proche… L’enfant représentait l’avenir plus lointain, le bonheur d’être père, la transmission d’un héritage culturel et intellectuel de la part de Soranus… l’ange savait que ce n’était qu’illusion mais il ne pouvait s’en détacher.

Mais, pour finir, il se résolut à se lever puis, il marcha. Il entendit trois voix s’élever pour essayer de le retenir mais Soranus ne broncha plus. Le premier pas était fait vers la sortie de ce rêve si beau et si doux mais irréel. L’ange sortit de la pièce et alors, l’épreuve prit fin. Soranus marchait vers la porte quand il vit Machaon en train de courir vers lui. L’ange se baissa, tendit sa main vers la louve et lui donna quelque coup sur le crâne de manière assez affectueuse. Il lui dit alors doucement :

- Alors, j’espère au moins que je n’ai pas parlé à deux fois Pyramien pour rien…

L’ange faisait allusion aux deux phrases dites précédemment et qui avaient réussi à rendre à la louve ses esprits. Soranus tomba alors nez à nez avec Archane allongée sur le sol. Il ramassa alors la jeune fille et se dirigea vers les autres qu’il venait de repérer. Il déposa la jeune femme à côté de ceux qui étaient aussi inconscients…

Il vit alors Eragon et Van Fanel bien éveillé. Le roi de Fanelia était en train de concocter des mixtures à base de plante. L’ange prit alors la parole. Sa voix était encore plus sombre, plus dure, plus tranchante qu’avant :

- Van, je ne crois pas que cette mélasse ferra un effet quelconque sauf sur les blessures superficielles comme celles de Minas... Ils sont aux prises avec leurs subconscients pas avec un quelconque ennemi...Nous ne pouvons rien faire à part espérer…

L’ange jeta un coup d’œil à van qui venait d’ouvrir la bouche pour parler mais, il le coupa :

- je sais, je sais… Il y a les voies de l’esprit mais, chacun doit vaincre seul son épreuve…

Machaon s’avança vers chacun des inconscients et à chaque fois les regarda d’une façon assez étrange.
La colère de Soranus faillit éclater, personne ne sait pourquoi mais, lorsque la louve revint à ses pieds, il redevint calme… Il fallait attendre, attendre que tous aient réussi cette épreuve fasse à eux-mêmes, face à leurs peurs, leurs phobies…

(* Je vis... Je te cherche... La Lumière... L'Etoile... )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Planètes, civilisations & Trésors (Atlantide II)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Planètes, civilisations & Trésors (Atlantide II)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» 4 nouvelles planètes
» Mort des civilisations, survie des populations
» L'homme de l'atlantide
» Quête aux trésors : Grande Forêt.
» [Tuto] Quéte de trésors, Montagne enneigée.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de Planetium :: Planetium RP - Sénata V :: Légendes Urbaines-
Sauter vers: