AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le bourbier... par une nuit fraîche...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
noble___talim
Empereur
avatar

Nombre de messages : 408
Empire : Dans l'ombre de ma lame, les paroles....
Date d'inscription : 13/03/2005

MessageSujet: Le bourbier... par une nuit fraîche...   Ven 23 Sep - 22:14

Il se fait tard, la cité de senataV est endormie et les pâles rayons du clair de lunes balayent les quelques ruelles du bourbier. Cet endroit où les affres humains ressortent, excités par le mystère ambiant, et la terreur trône a pour habitude de vivre aussi bien la nuit que le jour. Dans le monde de la lumière, misère et pauvreté régisse ce lieu dépravé, la nuit quant à elle fait naître une fourmillière où escrocs et truands complotent inlassablement. Et c'est dans ce désert de terreur et d'insalubrité que va se dérouler une scène pour le moins inattendue...

Alors que les chiens errants fouillent les tas d'immondices qui jonchent le sol, une ombre se dessine sur le sol clairvoyant de la ruelle du vieil héliport d'a-zing abandonné. Cette silhouette, rares sont ceux à l'avoir vu ses derniers temps, est celle du sieur Noble___Talim. Empereur reconnu mais absent ses derniers temps. Noble___talim est si habitué des grandes joutes et des débats scabreux qu'il est vraiment étonnant de le retrouver en ces lieux. Pour tout savoir, plongeons-nous dans ses pensées...

Je regardais la lune...belle lune...triste lune... Poussant un soupir, je continuais ma marche dans le bourbier. Ce spectacle désertique constitué de détrtus, de débris, d'ordures était pour le moins déprimant... Déprimant, c'est le mot que l'on puisse qualifier à cette situation... Voilà donc ce qu'est devenu l'après-hégémonie! J'étais harassé de mes lamentations, la clairvoyance nouvelle que m'avait fait prendre la conscience m'avait ruiné le moral... Ainsi, noyé dans mes songes et guidé par les rayons pâles de la lune, je trébuchais... Un pied, une silhouette, quelqu'un... Mais... Non! Impossible!


Im.2..imp...impératrice Huong? Mais... mais que faites-vous en cet endroit à une heure aussi tardive? Et où est votre garde?

Je pris un soufflet, une claque, une gifle! Que faisait-elle là! Mais la surprise ne doit pas avoir le dessus sur la courtoisie, ainsi je m'inclinais devant Dame Huong

Je vous prie de m'excuser impératrice Huong. La surprise de votre présence m'a ôté toute notion de courtoisie. Je ne peux que me flageller devant l'affront que je vous ai fais.

Quel idiot! Non, quel imbécile j'étais! Comment? Comment pouvais-je laisser recours à une expression sentimentale aussi lamentable? Toujours rester stoïque devant la surprise, c'est les premiers mots que l'on nous apprends lorsqu'on est formé au devoir d'empereur. Etant profondément gêné par la situation mais terriblement curieux, j'observais le visage de l'impératrice Huong. J'observais son visage... frêle et angélique, mystérieux et rêveur... Vestige d'innocence et de joie de vivre... Si seulement j'avais eut cette chance... si seulement...


Dernière édition par le Dim 25 Sep - 20:10, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Huong
Empereur
avatar

Nombre de messages : 331
Empire : Empire Nymphora
Date d'inscription : 11/03/2005

MessageSujet: Re: Le bourbier... par une nuit fraîche...   Ven 23 Sep - 22:48

Huong avançait paisiblement dans les quartiers de Sénata, rien n’avait vraiment changé ici un endroit toujours aussi sale et mal famé. J’errais dans les rues à la recherche de quelque chose ou de quelqu’un. Un silence pesant ce faisait ressentir, seuls les hurlements de chiens déchiraient ce silence. Alors que je regardais par terre, une personne m’agrippa quelque peu. Je relevais alors rapidement la tête surprise je me retrouvais face à Noble___Talim, je fus rassurée d’être tombée sur lui plutôt qu’un autre. Apparemment lui aussi fut surpris de me trouver ici vu sa réaction et son étonnement.

_ Bonjour cher Noble___Talim. Ravie de vous voir.

J’inclinai légèrement la tête pour le saluer à mon tour, après tout un empereur tel que lui méritait que je le respect.

_ Vous n’avez pas besoin de vous excuser ni de vous punir Talim, il arrive à tout le monde d’être surpris. Je suis d’ailleurs moi-même surprise de vous trouvez ici. Pour répondre à votre question, je n'ai pas de garde, j'assure moi-même ma propre sécurité. Je n'aime pas m'emcombrer de choses inutiles.

Je lui fis un grand sourire angélique. Plusieurs questions me trottaient dans la tête. Que faisait donc Talim dans ce lieu aussi lugubre à une heure aussi tardive? Serait il à la recherche de quelqu’un ou quelque chose? N’osant pas poser la question je gardais le silence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
noble___talim
Empereur
avatar

Nombre de messages : 408
Empire : Dans l'ombre de ma lame, les paroles....
Date d'inscription : 13/03/2005

MessageSujet: Re: Le bourbier... par une nuit fraîche...   Ven 23 Sep - 23:27

La brise angevine vint caresser mes cheveux d'une agréable bourrasque. La brise, c'était là l'unique chose féerique qui planait encore sur le bourbier. Déité du vent, toujours là pour me soutenir, toujours... Je regardais Huong d'un air penaud. Hum, je donnais une piètre image de moi, quelle catastrophe. La panique me gagnait... La panique au sens propre du terme ne m'avait jamais étreint, je n'eus jamais peur de quoique ce soit. Or, aujourd'hui, j'avais peur du regard de cette impératrice. Pourquoi? Là encore la question cherchera une réponse, en vain...

Je peinais à trouver mes mots, cette visite inattendue m'ayant prise de cours. Je devais éviter de bafouiller, ce serait une ignominie en présente de cette impératrice. Je poussais un soupir de désespoir et, comme submergé par une sensation nouvelle, je m'affalais sur le sol. Enfin... Je m'assis. Et comme si j'oubliais cette peur chronique l'espace d'un instant, je laissais mes pensées parler à ma place, dicter ce que je n'osais dicter... Je ne me confiais jamais mais qui sait? Peut-être qu'Huong m'apporterait la voix.


Vous êtes surprise de me trouver en ces lieux? Vraiment... Et bien chère Huong, je vais vous conter une histoire qui risque de vous faire tomber des nues.

Jadis, j'étais le garant d'une alliance appelée "Requiem for a destiny". Cette alliance eut une durée de vie très courte mais posa beaucoup de problèmes. Un jour, en débarquant sur une planète ennemie je vis un garçon. Celui-ci tentait de fuir mais je l'ai lâchement occis car j'étais sous l'influence d'une dame appelée: Amakrah, Amakrah d'Aeria.


Pousse un nouveau soupir.

Dans un cimetierre, du bourbier justement, je fus assassiné par mes sentiments... En fait, Amakrah n'eut pas raison de moi, je fus juste plongé en état de léthargie... A mon réveil, j'ai essayé...

Ma voix tremblait désormais

Je vous jure dame Huong, j'ai essayé d'oublier, j'ai vraiment essayé... Mais c'est impossible...l'enfant...innocent...

Des larmes commençaient à perler le long de ma joue.

Je ne voulais pas... non je ne voulais pas... Je l'ai tué de sang froid parce que... parce...

J'éclatais alors en sanglot

Parce que je suis un assassin! Je suis la pire des immondices. Ô je vous jure dame Huong, je ne mérite plus la vie ni même le droit de penser. Je ne mérite pas que vous posiez votre sublime regard sur le meurtrier que je suis.

Je perdais alors tout mon sang-froid. Incapable de m'arrêter, j'étais assis en train de gémir... Je me souviens encore du sable brûlant d'Ubu, du regard vide de cet enfant s'écroulant sur le sol. Cette chose désarticulée qui était inerte mais qui autrefois symbolisait la vie et l'innocence tout comme dame Huong... Je me souviens de ma rancoeur, de ma haine, de ma sauvagerie... Si seulement j'avais écouté wes... si seulement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Huong
Empereur
avatar

Nombre de messages : 331
Empire : Empire Nymphora
Date d'inscription : 11/03/2005

MessageSujet: Re: Le bourbier... par une nuit fraîche...   Sam 24 Sep - 0:30

Talim venait de s’asseoir sur le sol, je me trouvais toujours debout quand il commença à se confier. J’écoutais avec attention le moindre mot qui sortait de sa bouche. Je n’avais encore jamais vue Noble_Talim dans cet état. Je m’accroupis près de lui et le serai dans mes bras.

_ Tu n’es pas un monstre Talim. Il arrive à chacun de nous à un moment ou à un autre de faire des choix. Ils sont parfois bons, parfois mauvais.

Je me reculai et sorti un mouchoir de ma poche et essuyai les larmes qui coulaient sur son visage.

_ Talim, je ne suis peut-être pas douée pour donner des conseils ou remonter le moral, mais tu n’as pas à te sentir aussi mal… On a tous nos moments de faiblesses ou de folies, tu as tué un enfant innocent mais si ce n’avait pas été toi, ça aurait pu être quelqu’un d’autre.

Je regardais le visage triste de Talim. Il semblait tellement rongé par la tristesse... J'aurais aimé pouvoir faire quelque chose pour lui…


_ Tu sais Talim tu n’es pas le seul à avoir tué un être innocent… Je l’ai déjà fait à plusieurs reprises moi-même. Tu vois, mon sublime regard n’a pas vu que de belles choses, et ces mains qui te tenaient il y a quelques instants n’ont pas qu’apportées du réconfort. On vit tous de nos erreurs, c’est ce qui nous permet d’avancer et de devenir plus fort.

Les larmes de Talim commençaient à disparaître, je passai ma main sous ses yeux pour effacer les dernières larmes restantes et lui fis un sourire.

_ Allons, allons Talim du nerf que diable ! Tu verras que ça ira mieux !


Je me relevai doucement et tendis ma main vers Talim. Il m’avait fait confiance et s’était confié à moi, j’en fus très touchée. J'espèrais de tout cœur pouvoir l’aider et peut-être à mon tour lui confier ce que je cache au fond de moi…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
noble___talim
Empereur
avatar

Nombre de messages : 408
Empire : Dans l'ombre de ma lame, les paroles....
Date d'inscription : 13/03/2005

MessageSujet: Re: Le bourbier... par une nuit fraîche...   Sam 24 Sep - 21:48

Les sillons tracés par mes chaudres larmes commençaient à s'estomper. Les paroles d'Huong avaient empli mon coeur de bonheur mais n'avaient pas masqué ma tristesse. J'avais peut-être trop parlé... Les yeux rougis par la haine et le chagrin, je fusillais Huong d'un regard noir. Me relevant tout en dégageant sa main, j'observais son visage. Frêle...innocent... tout comme l'était celui de cet enfant... Terrible amertûme qui vient nous empoisonner et nous pourrir la vie! Pourquoi ai-je hérité du remord, sentiment inutile qui ne mène qu'au regret. Qu'est-ce que le regret? La perte de l'âme!

Soudain, j'eus un élan d'hésitation en voyant Huong. Son regard...oui...son regard... elle cachait quelque chose. La flamme du remord consummait lentement sa prunelle. Son regard était triste et hésitant voire suppliant. Qu'avait-elle fait? Qu'est-ce que cette noble impératrice avait bien pu faire? Je regardais sa ceinture, une arme... Qu'elle serait l'utilisation de cette arme? Se protéger ou une aide finale pour accélérer l'expiation de ses pêchés...

Huong qui es-tu, qu'as-tu fait, que me caches-tu? Mes larmes avaient cessé de perler sur ma joue. Je ne me préoccupais plus de mon repentir mais de celui d'Huong. Etait-ce un ange ou le diable qui m'avait frôlé de la sorte? Je restais perplexe devant cette question. Soudain, j'eus une idée...lumineuse! Je commençais à marcher tout en tournant autour d'Huong, les mains jointes et posées dans le dos, le pas marqué, j'entamais alors une machiavélique interrogatoire!


Acte sans conscience n'est que ruine de l'âme.

L'ancien héliport d'a-zing était bien calme à cette heure-ci. Seules les notes enchaînées des feuilles balayées par le vent donnait encore à cet endroit un peu de fraîcheur et de vie. C'était l'endroit parfait, le moment idéal, pour un repentir. Personne, non personne pour vous gêner. Paradoxalement, c'est dans l'endroit le plus misérable de cette planète qu'on pouvait se sentir le plus libre. Ici, pas de loi, pas de restrictions, pas de garde juste la conscience.

Là où le zéphyr impétueux du remord te frappe, il faut fermer les yeux et parler... Parlez impératrice Huong, dites-moi tout. J'ai perçu dans votre regard cette flammèche de crainte qui m'a tout dévoilé. Dites-moi ce qui vous terrorise à ce point? Auriez-vous peur de moi ou...auriez-vous peur de votre passé? A travers mes paroles, auriez-vous eut la désagréable sensation d'un moment vécu?

Le froid venait de tomber, aussi bien dans le climat que dans mes yeux... Désormais j'avais un regard si perçant que la personne s'en trouvant ciblé pouvait avoir l'impression que ses pensées étaient lues... Inutile d'avoir un don psychédélique pour pouvoir dénicher les pensées les plus atroces dans le coeur des plus altruistes, un simple regard suffit... Huong, réfléchis bien avant de répondre, j'entends de nouveau la mélodie macabre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Huong
Empereur
avatar

Nombre de messages : 331
Empire : Empire Nymphora
Date d'inscription : 11/03/2005

MessageSujet: Re: Le bourbier... par une nuit fraîche...   Dim 25 Sep - 12:59

Le froid commençait à tomber, et dans L'ancien héliport d'a-zing Talim me regardait d’une étrange façon… Je croisai son regard persan qui me mit légèrement mal à l’aise… Je ne bronchai pas durant quelques minutes tout en maintenant son regard. J’eu l’impression qu’il c’était passé une éternité. Résignée je baissais la tête et mes long cheveux noir tombèrent devant mon visage. Mon regard ce posa alors sur le sol et semblais voir au travers. Moi l’impératrice Huong montrant ma faiblesse à un empereur. Un sentiment de honte parcouru mon corps quelques instants. Talim était là devant moi, et son regard rivé sur moi. Je relevais ma tête avec un petit sourire qui se dessinait sur mon visage. Je regardais à nouveau Talim droit dans les yeux.

_ Tu as raison Talim, tu lis dans mon regard comme dans un livre ouvert.

Je levais le regard au ciel je pouvais y apercevoir la lune, magnifique lune.

_ La lune et bien Belle ce soir. tu ne trouvez pas ?

Le sourire qui s'était dessiné sur mon visage s’effaça bien vite pour laisser la place à la tristesse. Je me replongeais dans mon passer et mes souvenirs commençaient à refaire surface petit à petit. Moi l’impératrice Huong qui m’était juré d’oublier mon passé le voilà qui revenait à grand pas.

_ Vous avez dit tout à l’heure que vous ne méritiez ni la vie, ni le droit de pensée… qui a le droit de vivre, qui a le droit de penser?

Ces questions sortaient de ma bouche sans que je veuille les prononcer…

_ Ne pas avoir le droit de penser pour vivre, mais aussi prendre la vie pour survivre…

Mon esprit inconsciemment se mettais à marmonner ces quelques phrases. Mon passé redevenait mon présent. Et je me tournais vers Talim avec un regard assassin, cet empereur que je respect refaisant surgir mon passé mais je voyais son regard vert ce regard interrogateur… Je soupirai un instant réfléchissant aux mots que je pourrai employer.

_ Talim… Je suis désolé mais je ne peux pas vous répondre. Il est vrai qu’il y pas mal de chose dont j’aimerai parler, pour pouvoir me libérer un peut mais je n’aime pas m’apitoyer sur quelqu’un. Et puis je n’aimerai pas que votre regard me voit après comme un monstre ou je ne sais quelle créature immonde qui regorge notre univers.

J’était déçu, Talim s’était confié à moi et pourtant moi je ne le faisais pas. Je joignais alors mes deux mains ensemble et commençais à me faire craquer les doigts. Cette situation me rendais nerveuse et j’essayais d’évacuer cette angoisse comme je le pouvais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
noble___talim
Empereur
avatar

Nombre de messages : 408
Empire : Dans l'ombre de ma lame, les paroles....
Date d'inscription : 13/03/2005

MessageSujet: Re: Le bourbier... par une nuit fraîche...   Lun 26 Sep - 23:04

La lune... parlons-en de ce satellite, il tourne, il tourne sans s'arrêter mais au final quel est son but? Faire couler de l'encre et persister les songes? Son éclat scintillant nourrit les écrits, sa forme simple alimente les proverbes mais au final qu'est-ce que la lune? Une boule brillante qui tourne perpétuellement vers un objectif inatteignable. C'est donc à ça que se résume nos vies? Tourner, tourner, tourner sans jamais s'arrêter? Mais quelle ignominie! Tourner autour du pot pour ne jamais l'atteindre... Avoir le bonheur à portée de main pour enfin le toucher d'un dernier souffle.

L'impératrice Huong était donc si faible que ça? Reniait-elle tant ses actes pour en être meurtrie de honte? Qui était-elle? Qu'avait-elle fait? Ces actes auront réponses ou elle n'en sortira pas vivante. D'un coup j'éclipssais une de mes mains sous mon manteau et caressais un kris à la lame affûté. Une haine mystérieuse m'avait empli, j'avais désormais soif de sang, soif d'altruisme, quelqu'un devait partager mes souffrances ou payer. La surexcitation du psychopate allant frapper avant l'acte me fit comettre un mauvais geste et je me coupais...

Saignant abondamment, je retirais ma main de mon accoutrement, alerté par la douleur, et observais le résultat. La paume était ouverte. Un filet d'hémoglobine s'écoula avec grâce et finesse dans les airs avant de venir lécher le sol de sa majestueuse robe pourpre. Alors, pour la première fois depuis un an, la symphonie reprit... Ces voix démoniaques, ces notes déchaînées, ce rythme enflammé pénétra mes oreilles. Comme autrefois mon coeur s'assombrit... J'enterrais ma conscience pour faire naître ma réflexion... Huong, parle ou meurt:


La lune... Dame Huong elle est très belle effectivement... Sa beauté n'en serait que décuplée si ses pâles rayons se reflétaient dans un kris argenté...

De plus en plus forte, de plus en plus pressante, la musique m'avait complètement absorbé... Désormais, en cette terre il existait deux choses importantes: ma plume et ma lame. Huong avait commis l'impardonnable erreur de croiser mon chemin... Ce même chemin où autrefois Amakrah tenta de m'ôter la vie dans le cimetierre... Désormais, la loi du talion s'appliquera.

Voyez-vous dame Huong... Le vent souffle, les feuilles s'envolent et c'est une autre vie qui recommence. Vous êtes semblable à moi, vous avez été un criminel. Vous n'êtes que mon pâle reflet... Ce reflet que je cherchais à annihiler depuis toujours. Fuyez impératrice, fuyez. Vous êtes innocente et je n'ai pas encore coeur à toucher l'être angélique que vous êtes... Votre grâce m'a fustigé et des sentiments passés que je vois à travers vous m'ont de nouveau poignardé...Amour....Confiance...Illusion. Pour expier mes pêchés, je dois me venger... Fuyez, je ne peux encore vous faire de mal mais lorsque le requiem m'en donnera l'ordre, je déchaînerais les enfers...

Le lie de la rivière sommeillait tranquillement, des chimères endiablées sont venus le titiller... le Lie de la rivière est en colère, il est en rage contre ces harpies. Il veut les détruire, les éradiquer. Le lie de la rivière se soulève, c'est un torrent qui vient vous détruire monseigneur. Des raz-de-marées par milliers, des tsunamis par centaines, ils sont le fruit de la rage pure. Le lie est en colère et vous allez le payer! Pauvres fous fuyez tant qu'il en est encore temps...

Mon regard était devenu noir, très noir....Horriblement noir... Je fusillais Huong d'une irrascible rancoeur. C'était elle la responsable, la cause de tout! C'était Amakrah! Je ne savais même plus qui j'avais en face de moi. Ces cheveux déliés, ces yeux ô combien magnifiques, ces lèvres si douces, son teint glacial si séduisant... Huong se confondait avec Amakrah et Amakrah se confondait avec Huong. Elle ne faisait plus qu'un. Celle que j'aimais je la haissais... Je n'allais pas lui sauter dessus pour l'embrasser... Sortant mon kris, je laissais échapper un flot de paroles:


Fuis... La symphonie a ordonné, j'obéis.

Le requiem avait de nouveau rongé mon âme! Je m'élençais sur elle, kris en main...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Huong
Empereur
avatar

Nombre de messages : 331
Empire : Empire Nymphora
Date d'inscription : 11/03/2005

MessageSujet: Re: Le bourbier... par une nuit fraîche...   Mar 27 Sep - 20:22

Cette nuit avait commencée tranquillement et sans encombre, mais voilà que je me retrouvais confrontée à quelque chose que je n’aurais jamais imaginée. Talim en face de moi dans un élan de folie sortait son kris. Il n’y avait plus de Talim une autre personne avait pris ça place, du moins c’est l’impression que j’avais. La noirceur et la froideur de ces yeux étaient impressionnantes.

_ Sache Talim que je ne fuis jamais !

Je sortais l’arme qui se trouvait à ma taille et la pointais en direction de Talim. En effet quand on traîne dans le bourbier sans garde ne pas avoir d’arme serait un suicide assuré.

_ Je préfère risquer de mourir que devoir me résigner à fuir !

Le vent soufflait et Talim ne semblait pas rebrousser chemin pour autant. Il avançait petit à petit et calmement dans ma direction. Malgré mon passé je ne pouvais pas me résigner à tirer sur Talim, impossible…

_ Talim… Veux-tu vraiment me tuer ? Veut tu éprouver des remords et souffrir en rajoutant mon nom à ta liste ?

Aucune réaction… le doute commençait à m’envahir… allait-il me tuer ? devrai-je fuir ? Le temps semblait passer au ralenti pourtant je voyais de plus en plus près ce regard de démon qui m'approchait. Je visai alors la jambe droite de Talim et tirai. Le coup de feu parti rapidement. N’osant pas regarder marmonnais, ces quelques mots.

_ Je suis désolée.

Tenant dans mes mains mon arme je la baissais et relevais la tête…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
noble___talim
Empereur
avatar

Nombre de messages : 408
Empire : Dans l'ombre de ma lame, les paroles....
Date d'inscription : 13/03/2005

MessageSujet: Re: Le bourbier... par une nuit fraîche...   Mar 27 Sep - 23:13

Un bruit sourd, une déflagration... Immédiatement je fis un pas sur le côté en écartant mon épaule gauche. La balle effleura ma cuisse, la déchirant au passage. Cet impact me coupa net dans mon élan. La sensation du sang chaud ruisselant sur ma chair me faisait frémir de délice ou de supplice, je ne saurais l'expliquer. Cet incident ne fit qu'accentuer le fruit de la rage qui subissait une poussée de croissance importante.

Par ce geste, Huong montrait les faiblesses d'Amakrah! Trop de sympathie pour m'abattre, ainsi c'était là l'unique faiblesse du genre humain: le remord. Le fait de s'appitoyer sur un prédateur prêt à vous égorger... Tous les deux mourrons ou aucun ne mourra. Regardant l'état de ma cuisse, je réfléchissais à un moyen de la paralyser. En effet, tant qu'elle aura son revolver, malgré son apitoyement qui réduit sa visée, je restais en danger et en proie à une mort certaine.

Soudain une idée me frappa de plein fouet. Seul un masochiste aurait pu avoir une idée aussi incongrue... Mais je n'oubliais pas que la haine ne faisait que repousser mes limites! J'avais perdu depuis bien longtemps ma capacité d'attaques psychologiques, alors autant jouer avec les armes que l'on avait! Si je travaillais suffisamment bien Huong, elle baisserait sa garde et j'aurais la situation à mon avantage... Force et honneur!


Hin hin Huong... Tu me fais rire avec tes sermons angéliques... Crois-tu que j'aurais des remords devant ta mort? Te tuer c'est me tuer, or j'attends ça depuis si longtemps! Puisque tu n'as pas su effacer ma peine seule, je vais t'aider à le faire.

Je calculais ma distance par rapport à Huong, je n'avais pas le droit à l'erreur. Faillir c'était mourir... Le requiem raisonnait avec intensité, c'était lui ma force, mon courage, mon honneur! Groove coverage me répétait-il inlassablement. Frappé de plein fouet par l'enchaînement de la symphonie, je perdis ma dernière porte de bonté, désormais j'étais dénue de sentiments...

Si tu possédais la sagesse, tu saurais que la fuite n'est pas un déshonneur mais un acte intelligent dans le contexte actuel. Soit, tu as essayé de me tuer, tu as raté, c'est à mon tour! Flingue contre Kris, que le meilleur gagne Huong...

Si elle visait maintenant j'étais mort... Je me devais de lancer mon coup dans l'instant...ce que je fis... Ainsi je fis un mouvement sec avec mon kris pour le retourner afin de le tenir part la lame ce qui bien sûr amplifia ma blessure à la paume mais je n'en avais que faire... J'élançais le bras pour lancer mon kris de façon vertical mais me retint et m'accroupis d'un coup. Si elle tirait, elle loupait une partie vitale. Une fois accroupis, je lançais mon kris en diagonale de façon à ce que la lame pénètre aussitôt dans sa carotide. Pendant le lancé, je bondis hors de ma position et allais me planquer derrière l'une des nombreuses caisses qui nous entouraient. Le temps qu'elle évite le couteau, elle n'avait pas pu me voir... Si elle avait évitée le couteau...

Je soupirais une dernière fois, sortis deux flingues qu'elle n'avait pas vu et les tenais chaudement contre moi. Il était temps d'appliquer l'art du Kata, se débarasser d'un maximum d'adversaire en un minimum de coups et de temps avec un maximum de dégâts. Huong vient donc, je t'ai préparé une petite surprise... Seul le dialogue pourrait te faire sortir de cette situation...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Huong
Empereur
avatar

Nombre de messages : 331
Empire : Empire Nymphora
Date d'inscription : 11/03/2005

MessageSujet: Re: Le bourbier... par une nuit fraîche...   Ven 30 Sep - 17:00

Le silence était revenue après les paroles de Talim, Pourtant son comportement démontré qu’il allait ce passer quelque chose. Ça ne loupai pas quelque instant après un sifflement fendis l’air et je vis arriver dans ma direction le Kris de Talim. J’essayais de me tourner rapidement afin d’éviter le Kris, par chance il n’égratignait que mon épaule droite ne laissant s’écouler qu’un léger filé de sang. Le Kris fini ça course planté dans une des caisses de bois environnantes.
Je ne savais pas où était Talim ni ce qui pourrai m’arriver désormais. Je passait délicatement un doigt sur ma blessure pour essuyer le sang qui s’écouler lentement avant de le porté à ma bouche. Un sourire ce dessina alors sur mon visage et mes yeux habituellement verts devinrent rouges comme mon sang. Je rangeai mon arme et courai jusqu’à la caisse ou le Kris c’était planté et tirai un coup sec dessus. Je décidai de me mettre à l’abri pour éviter toute surprise pour le moment. Je découpai les manches de mon haut laissant mes bras à découvert. Dans un moment de folie de pris le kris et incrustai le signe des Shinigami dans ma chair.


_ Que par ce signe le divin me protège et me vienne en aide, qu’ensemble nous affrontions le mal…

Le Kris était maintenant couvert de mon sang et je continuais à marmonner des paroles incompréhensibles.

_ Que dans ces ténèbres tu me guide vers ta lumière, et que chacun de mes pas me guide auprès de toi…

Je récitais inconsciemment certain principe que j’avais appris plus jeune, le temps passait et rien ne bougeais, mais où était Talim ? Mes yeux commençaient à redevenir normaux et je me décidais enfin à bouger. Me relevant tout doucement je scrutais les environs, tout un tas de caisse ou talus de béton envahissais le petit héliport, un véritable bâtiment en ruine. La lune commençais à disparaître sous des gros nuage noir, si cela continuait comme ça je ne verrais bientôt plus que le bout de mon nez. Je ne savais pas quoi faire ou aller ni comment réagir. J’aurais mieux fait de tuer Talim comme j’avais tué mon père. Mais il est trop tard pour parler au passé.

_ Talim ! Ou est tu ? Qu’est ce que tu me veux exactement ??

Je venais de hurler cette phrase, avais-je fait le bon choix ? Je le serais d’ici quelques secondes. Je m’avançais au centre de l’héliporte où je n’avais aucun moyen de me protéger. Mon sang continuait toujours à couler le long de mon bras. Comment allez ce finir cette nuit ?

[hrp]correction des fautes en cour[/hrp]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
noble___talim
Empereur
avatar

Nombre de messages : 408
Empire : Dans l'ombre de ma lame, les paroles....
Date d'inscription : 13/03/2005

MessageSujet: Re: Le bourbier... par une nuit fraîche...   Mer 5 Oct - 22:53

Lune blafarde, tu tends désormais à disparaître? Âpre brise, tu viens nous courroucer de ton souffle ardent? Sinistre paysage, tu viens nous occir de ton ignoble morosité? Je restais accroupis, dos à la caisse qui me servait de protection. Tendant l'oreille j'entendis Huong murmurait des paroles réconfortantes qui peut-être la sauveraient, qui sait? Peut-être était-ce le genre de combattante protégée par des forces spirituelles... Je n'ai que mes balles et ma parole pour la tuer, c'est bien peu mais ça suffit. Pas de magie extravagante, pas de force surhumaine, pas de vitesse époustoufflante, pas de pouvoirs aux frontières du réel, pas de fantasques croyances héréditaires juste mes balles et ma parole... Et mon kata, évidemment...

Le temps passait calmement, battre son ennemi c'était avant tout avoir raison de lui et je pense que sun tzu serait d'accord avec moi, et Huong s'impatientait. La folie s'emparait d'elle, la rage d'avoir failli et la peur de succomber voilà ce qui engendre la folie. Ses forces ont sûrement décuplé, elle ne veut rien savoir, rien entendre, juste me loger une balle et se met à découvert, je le sens, espérant m'affronter en duel et le remporter "aux tripes". Cruelle désillusion que voici, il me faut du temps pour enclencher mon kata, certes je pourrais le faire mais à quoi bon, il me reste une dernière question: Dois-je la tuer ou la paralyser? Mérite t'elle la mort?

Regardez-moi ça, les âfres du trépas regardaient de leur oeil vicieux et furibard le centre de l'Héliport comme si leurs proies, doux euphémisme, était en train de se déplacer sous leurs yeux... Spectacle écoeurant... Je fermais mon esprit et écoutais les bruits les plus indiscrets mugir leur silence dans mes tympans. Je savais ce qu'elle ressentait, je savais où elle était, je savais ce qu'elle ferait... Cette phrase fit rougir mon esprit de plaisir. Je ne pouvais que rugir d'exaltation devant un adversaire aussi simple à manoeuvrer. Je ne devais pas cependant voguer sur les chemins de la suffisance, ce serait le raccourci vers ma tombe...


Huong...

Le vent dispersait mes paroles, il était impossible qu'elle me repère. Mais qu'importe, mes armes étaient pointés de manière à tirer des enchaînements de salves rapides et précises. Pour accéder à ma cachette il n'y avait qu'une issue et aucun angle mort, une bénédiction en guise de protection. Ainsi il était pratiquement impossible que je me fasse toucher... Je devais cependant passer à l'assaut, c'était vital... Je calculais rapidement les derniers rayons d'incidence à utiliser et à éviter. Huong allez agir de manière anticipée... Il était temps pour elle de mourir...

...Je suis là

Au moment où je dis ça, j'envoyais une pierre dans ma direction opposée, pierre trouvée à mes pieds et ramassée rapidement. En espérant que ceci détournerait l'attention d'huong, je bondis hors de ma cachette et me trouvait à découvert. Désormais je n'avais plus aucune protection. Mon revolver dans la main gauche était pointé vers le haut, celui dans ma main droite vers le bas... Ma tête était baissée, mon regard était noir... Dans un cercle de 360° se trouvait l'impératrice Huong. Je choisis de...

Kata...

Ce mot résonna en écho, les armes avaient entreprises leur folie destructrice...Une pluie de balle s'abattit alors vers Huong...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Huong
Empereur
avatar

Nombre de messages : 331
Empire : Empire Nymphora
Date d'inscription : 11/03/2005

MessageSujet: Re: Le bourbier... par une nuit fraîche...   Ven 7 Oct - 14:39

La lune disparaissait petit à petit, seul le bruit du vent parvenait à mes oreilles, je m’avançais doucement jusqu’au centre du petit héliport. Mon cœur battait la chamade et au moindre petit bruit je le sentais faire un bond dans ma poitrine. Ma respiration était calme et je cherchais à savoir ou se cachait Talim et se qui pourrait me réserver comme surprise. Le vent soufflait sur mon corps et des frissons parcouraient mon corps était ce la peur ou le froid ? J’étais arrivée au centre de l’héliport et Talim n’avait toujours pas daigné se montrer. C’est alors que j’entendis tout à coup un bruit sourd derrière moi. Je me retournais rapidement mon cœur battant rapidement. Personne, c’était sûrement un chien qui rodait. Je sentis alors la présence de Talim derrière moi, je me retournais rapidement vers lui et je sentis mes cheveux ce dresser sur ma tête, il était armé et me tenait en joue. J’avais était stupide de me mettre à découvert. Talim arriverait rapidement à m’abattre si il le voulait. Commençais alors une pluie de coup de feu dans ma direction. Je me mis à courir en direction d’un abri mais je fus touchée par deux balles. Une à mon épaule droite et la dernière traversais ma jambe gauche. Je tombais alors au sol face contre terre. Les tires de Talim avaient arrêté et je me retournais pour avoir le dos contre le sol. Mon sang coulait sur le sol et mon corps souffrait de ces blessures. La lune ! Je regardais la lune disparaître sous d’épais nuage. Elle seule source de lumière m’abandonnée à cette soirée des ténèbres… Talim approchait il ? Je ne le savais pas mes oreilles bourdonnées m’empêchant d’entendre ces pas. Je me redressais tend bien que mal et me retrouvais accroupie limite rampant sur le sol en direction de nulle part, j’avançais à l’aveuglette ma vue ne c’étant pas habitué aux pénombres. Je sentais alors de l’eau qui me coulait sur le visage serai se la pluie qui tombait ou mes larmes qui s’écoulaient ? Ma jambe et mon bras me fessais souffrir de plus en plus et mon sang se mélangeait à la poussière de l’héliport. Ce n’était pas la pluie mais bien mes larmes qui coulait le long de mes joue avant de finir de ce mélangeait elle aussi à la poussière. En cette instant je n’étais plus une impératrice respectée ou détestée j’étais une simple jeune femme cherchant à survivre et à ne pas se laisser envahir par ces émotions. Talim je ne le voyais toujours pas, aller il venir m’abattre comme un vulgaire animal que l’on tue pour un de ces repas de fête ? Allais je mourir ici ? Tout un tas de questions fusait dans mon esprit, mais trouverais je les réponses ? Mon corps tremblé ma vue commençais à s’habituer peut à peut à l’obscurité et je distinguais une forme devant moi. J’accélérais la cadence espérant que je pourrais mi abriter. Je tendis ma main gauche en direction de cette forme espérant pouvoir m’accrocher et me hisser. Je saisis alors cette forme mais ce n’était pas une caisse… Mes yeux continuai de déverser un flot de larmes tout en s’écarquillant. Je relevais la tête et dans le noir je compris que la forme que j’avais prise pour une caisse n’était autre que…

_ Ta… Talim…

Je voulais disparaître me retrouver au chaud dans les bras d’une personne qui m’était chère… Mon regard toujours fixé sur Talim. Je ne le voyais plus. Mon esprit me fessait voir ce dont j’avais toujours rêvée… Une vie de famille loin des guerres et loin de la cruauté des êtres humains. Au moins si je mourrais, je mourrais en fessant un beau rêve après toute ces horreurs…

[hrp]correction des fautes en cour[/hrp]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
noble___talim
Empereur
avatar

Nombre de messages : 408
Empire : Dans l'ombre de ma lame, les paroles....
Date d'inscription : 13/03/2005

MessageSujet: Re: Le bourbier... par une nuit fraîche...   Sam 8 Oct - 17:45

La froideur du métal, le bruit sourd des balles qui pleuvaient, la souffrance sur le visage d'Huong... Tout cela ne faisait qu'attiser ma rage encore et encore. Rayon d'incidence calculé, flingue droit mis en biais, la jambe d'Huong reçu un impact de balle, au moment où elle tombait j'inclinais mon flingue gauche légèrement vers le haut et touchais son épaule. Les adupteurs étaient touchés, la clavicule également, Huong s'effondrait, désarçonnée... J'arrêtais ma spirale infernale. Aucuns points vitaux de Dame Huong ne furent touchés, je m'étais finalement résolu à la laisser en vie. Il n'y aurait aucun intérêt à lui ôter la vie. Rangeant mes deux armes, je scrutais les horizons et sortis un téléphone protocolaire de la poche de mon accoutrement. J'appelais la garde sénatoriale pour qu'elle vienne chercher Huong.

En attendant je devais veiller sur elle, après l'épreuve éprouvante que je venais de lui faire subir, je pouvais bien rester un peu auprès d'elle. Je m'approchais d'elle et m'accroupis doucement. Je regardais son regard d'ambre sanglotant, ses cheveux qui baignaient dans son propre sang, ces sillons de larmes qui se déversaient sur ses joues, se slèvres tremblotantes... Huong était comme une proie attendait le trépas, une proie meurtrie qui n'attendait que la rédemption. Je posais ma main sur ses cheveux tout en prononçant des :"
chut, tout va bien" en même temps. Au fur et à mesure, ses tremblements s'estompèrent, du moins en apparence, je laisser échapper un soupir.

Je levais la tête au ciel et regardais la lune qui désormais était masquée par des nuages nacrés. Je ne pus m'empêcher d'esquisser un sourire lorsque je sentis les vibrations de mon téléphone en deçà de mon vêtement. Les affaires diplomatiques reprenaient donc. Je baissais les yeux pour regarder les yeux vides d'Huong. La peur l'avait tétanisé et j'entendis à peine mon nom lorsqu'elle le prononça. Un nouveau soupir s'échappa de mes lèvres lorsque je posais nonchalemment mes doigts dans la flaque d'hémoglobine où gisait Huong.


La lune a disparu... Quel dommage...Tiens...Qu'est-ce donc?

Je vis au cou d'Huong un penditif. Inclinant légèrement sa tête, je le pris et tirais d'un coup sec. J'entendis un gémissement de douleur, une plainte sourde... Qu'importe, le pendentif était dans ma main. Je l'observais d'un regard perplexe. Je le mis dans ma poche. Bien sûr, je rendrais son dû à Huong mais en attendant je gardais cette partie d'elle avec moi, elle pourrait peut-être me servir un jour. Une myriade de lumière apparut à l'horizon, la garde sénatoriale...

Les voilà... Je ne peux plus rester.

D'un geste désinvolte et machinal je pris sa main glacé dans la mienne, aussitôt je sentis mon coeur amplifier ses battements. Pris de panique, je la lâchais... Ma main qui saignait encore à cause du Kris venait de se plonger dans le sang d'Huong, son sang s'était mélangé avec le mien... Ainsi on était quelque peu frère et soeur maintenant... Regardant ma main et ces deux teintes d'hémoglobine, je fus épris d'une pensée tout à fait...inimaginable. Voyant la garde se rapprocher, je laissais échapper ces mots:

Désormais j'ai trouver un but...je te protègerais...comme...comme une soeur.

Lui baisant le front, je me relevais et disparu. Mon ombre fut hâppée par les ténèbres ce qui fut préférables puisque la garde s'était dangereusement rapprochée... L'Aube s'était levée, je pris la direction du sénat galactique tout en murmurant:

Nous nous reverrons... Sois-en sûre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le bourbier... par une nuit fraîche...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le bourbier... par une nuit fraîche...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [HENTAÏ !!!] Nuit ensemble ...
» [Refusé] Postulation Simag rogue elfe de la nuit
» Une nuit magique. Ou pas. [PV: Roy & Aï]
» Un Parenter Elfe de la Nuit et Troll?
» [Acceptée][Nami] [Voleur] [Niveau 35] [Nefle de la nuit]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de Planetium :: Planetium RP - Sénata V :: La Cité de Sénata V-
Sauter vers: