AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La Saga Druidique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vindilis-ror
Empereur
avatar

Nombre de messages : 234
Empire : Sur la Route
Date d'inscription : 12/03/2005

MessageSujet: La Saga Druidique   Dim 27 Mar - 3:18

En l'an 439 avant ce que certain appellent le «Christ», naquît dans la tribu vivant sur l'isle Vindilis un garcon, nommé Llûd par ses parents. Lorsque les druides de l'isle vinrent voir, comme la coutume le voulait, le nouveau né, ils eurent tous une étrange vision : ils avaient devant eux une personne qui, sans être immortelle, traverserait de très nombreux siècles, avant d'accomplir sa destinée...

L'isle était alors organisée de telle façon qu'elle prospérait tranquillement, protégée par la mer, et nourrie par ses champs. Un chef, qui à cette époque se nommait Tharbald, et 3 druides, qui l'assistaient et le conseillait, en même temps qu'ils dirigeaient pour lui les hameaux éparpillés: le druide de la Nature, le Vindilis-nor, qui avait autorité sur Baldagor, ville d'agriculture, le druide de la magie et de la guerre, le Vindilis-ror, qui était à Loctanator, la seule cité fortifiée de l'isle, et le Gardien des Connaissances, le Haut-Druide Vindilis-otor, installé à Palator, la plus grande des 4 cités. Tharbald gouvernait sagement sur Salzanor, un port de pêche, et s'occupait de coordonner toutes les affaires de l'isle. En dehors des hâmeaux il y avait également de nombreuses fermes à l'intérieur des terres.

Dès mes 7 ans, car Llûd n'est autre que moi, je fûs placé auprès du Vindilis-otor, qui avait pour mission de m'enseigner la noble pratique de la Magie, et de m'apprendre les secrets de la Nature, dont tout les druides tiraient leur Énergie, pour la protéger ensuite ; celui-ci s'appeçut bien vite que mon caractère impétueux conviendrait cependant mieux à la guerre qu'autre chose, et il m'envoya donc finalement à Loctanator. Et là, j'avais trouvé ma vocation. J'apprenais et réalisait tout les sortilèges avec une grande facilité, et mes qualités de stratèges furent bientôt appréciées de tous, dès que j'eu grandit. À 15 ans, j'était au moins aussi puissant que mon maitre, pourtant agé de 163 années... Il faut préciser que les druides, s'ils ne sont pas immortels, vivent environs 240 ans, sauf les druides-guerriers, qui, s'ils ne sont pas tués, vivent «seulement» dans les 170 ans, et ce à cause de l'énorme énergie qu'il faut dépenser pour faire de puissants sortilèges de bataille. Il n'y avait donc aucun doute, j'était le protégé de Beliserion, dieu de la Magie Guerrière. Quand mes 20 printemps fûrent atteints, mon maitre mourût, et je dû donc prendre sa place et son titre, étant son seul apprenti.

2 ans plus tard, la paisible vie de l'isle fût anéantie par une infâme tribue symérienne venue du continent : les Naebuloris. Notre petite armée, pourtant aidée par tout les hommes valides de l'isle et par les 3 druides réunis, ne pût résister bien longtemps face aux hordes ennemis, qui étaient, elles, aidées par leurs shamans noirs, adorateurs du Dieu du Chaos, Darkrinoc. Les trois quarts des habitants de Vindilis fûrent massacrés, le reste devînt esclave. Le chef, le Haut-Druide et le pacifique druide de la nature ont été tués au combat. Pour ma part, je réussît à échapper un moment, me réfugiant dans une ferme isolée du centre de l'isle, mais c'était sans compter avec les shamans, qui me retrouvèrent bien vite.

Un âpre combat s'engagea, protégé ét aidé par ma magie, celle de mon Dieu et par ma rage de vivre, je leur tînt tête pendant un bon moment, et Darkrinoc perdit cette journée plusieurs de ses plus fidèles serviteurs, mais j'était à un contre dix... Ils ne pûrent cependant pas me tuer, la Magie coulait dans mes veines, empêchant les plus puissants sorts Noirs de m'atteindre... Mais aidés par leur dieu, les shamans réussirent à m'emprisoner dans l'un des deux Menhirs que compte l'isle...

Mon corps disparût, absorbé par la magie noire, mais mon esprit et mon âme fûrent transmutées en pierre : je devînt le Menhir Blanc de Vindilis.

Un ans plus tard, les symériens étaient partis, avec le peuple, ne laissant que destruction derrière eux. Beliserion, voyant le triste état minéral de son protégé, fît alors à celui-ci don d'une grâce divine, en modifiant quelques peu le sortilège dont j'était victime. Membre du Conseil des Dieux, il n'avait pas le droit de modifier les affaires des humains de manière directe, mais comme Darkrinoc l'avait apparemment fait, il se permit cette entorse à la règle. Je pourrait désormais «sortir» du menhir, une fois tout les 100 ans, et ce pendant une journée... Bien peu, mais déjà mieux que rien... Mon esprit pourrait alors voguer librement...

Les années passèrent, et elles faillirent d'ailleurs détruire ma pensée, le rendant presque fou d'attente, mais le jour béni arriva enfin. 100 années avaient défilées, me laissant prisonnier, et je retrouvait la liberté provisoire. J'allas tout de suite vers la ville la plus proche, Loctanator. Des habitants étaient revenus, et ils fûrent bien surpris de me voir... Leur arrière grand-pères leurs avaient cependant parlés de moi, le druide-guerrier disparût, et ils finirent par accepter de me donner des nouvelles : les Symériens, dans leur folie destructrice, avaient finis par combattre un peuple bien plus puissant qu'eux, les Vénètes. Ceux-ci les écrasèrent, et rendirent la liberté aux prisonniers, qui pûrent revenir à souhait dans leur pays natal.

Bien vite, je fût rappellé à mon Menhir, demandant rapidement aux personnes de perpétrer ma mémoire, pour que je puisse, tout les 100 ans, soulager un peu mon immobilité...

Au fil des ans, l'isle se repeuplat, les villes se fîrent plus éclatantes que jamais, chaque siècle j'apprenait les nouvelles historiques, qui se passaient sans que je puisse intervenir, à mon grand malheur... La Magie se perdait de plus en plus, c'est ce qui me chagrinait le plus... Je vît défiler devant moi les romains, les Barbares, les francs, les Mérovingiens, les Capétiens, les Ducs de Bretagne, Anne la traitresse, la Renaissance, la Révolution de 1789, les deux guerres mondiales, la guerre atomique de 2054, la mise au point des vaisseaux spatiaux, la conquête de la galaxie...

Un jour, presque au milieu de la durée fatidique qui me séparait de mon quartier libre, un miracle survînt : Beliserion avait réussit à livrer victorieusement bataille à Darkrinoc, et, pour obtenir la paix, celui-ci dût me rendre ma liberté... Un travers diplomatique fût donc la cause de ma réabilitation... Un corps identique à celui que j'avait par le passé me fût accordé, ainsi que mes antiques pouvoirs. Mais... J'avais un monde à découvrir, et des sensations à retrouver...

Un long, très long voyage, à travers toute la galaxie, me permît de me mettre au courant de la situation actuelle des évènements. Le Sénat Galactique... J'ai alors entrepris la tâche pharaonique de retrouver les descendants éparpillés des habitants de l'isle... Inutile de dire que mon Dieu Beliserion m'y aida grandement, sans quoi je n'aurais jamais réussit : au bout de 4 ans, 30 000 personnes avaient fait la promesse de me rejoindre lorsque je serait prêt. c'est avec joie que je découvrait à chaque fois le patriotisme étrangement résistant de ces personnes, qui se souvenaient, après toutes ces années, ces millénaires, même, de la vieille légende du druide Vindilis-ror... Lorsque que j'eu trouvé une planète habitable et déserte, tous émigrèrent vers celle-ci. Une civilisation devait être construite à partir du néant, mais des bras courageux étaient là.

Quelques années plus tard, et avec l'aide de Beliserion, en échange d'une foi inébranlable en lui, nous avions réussit l'impossible : de nombreuses villes, des ports de pêches, une vie rurale était née autour d'une capitale, qui rassemblait à elle seule toute la haute technologie de la planète, nommée vindilis en hommage à notre chère île. Une planète Celte, non polluées par les gaz toxiques d'usines, habitée par un peuple de farouches guerriers, prêts à en découdre avec toute les Forces Maléfiques qui se présenterais à leur porte. Et cela arriva d'ailleurs bientôt : l'Ordre Nébulaire était alors tout puissant, et ses membres envoyaient leurs vaisseaux piller les autres planètes, détruisant tout sur leur passage. mais quand ces derniers arrivèrent sur Vindilis, s'attendant, selon les radars, à trouver des paysans sans défense, ils fûrent bien surpris de voir une flotte de vaisseaux arriver droit sur eux... Écrasés temporairement, ils étaient cependant bien plus nombreux, et la petite planète ne pourrait pas résister à elle seule.

C'est alors que tout les habitants se réunirent dans l'immense salle de débats de la capitale... Ils voulaient choisir un chef... Étant le plus ancien, je fût élu comme empereur, un peu contre mon gré... Mais je devait protéger mon peuple. Je partit donc au Sénat Galactique, à la recherche d'une solution, qui vînt sous une forme innatendue : l'Alliance des Temps Anciens. De nombreuses planètes en faisait partie, luttant contre l'envahisseur toujours plus puissant qu'étaient les Nébulaires. Je parvint à les rejoindre... Ce fût le début de grandes batailles... Mais la traitrise guettait les vaillants combattants que nous étions, car nos plans fûrent dévoilés à nos ennemis, qui nous écrasèrent à leur tour, nous blessant mortellement...

C'est ainsi que j'ai choisit de toujours défendre du mieux que je pouvait la Lumière et la Liberté, de toujours combattre les tyrans et les Démons, aidé de tout coeur par mon peuple, que je mène toujours victorieusement dans les batailles. Quelles que soient les pertes, nous parvenont toujours à notre objectif.

Et un jour viendra où la Lumière règnera...

-------------------------------------------------------------------------------------

Bro Goz ma Zadou

1

«Ni Breizig a galon, karomp hon gwir Vro!
Brudet eo an Arvor dre ar bed-tro-dro,
Dispont kreiz ar brezel, hon tadou ken mat,
A skuilhas eviti o gwad,

2

Breizh, douar ar Sent koz, douar ar Varzed,
N'euz bro all a garankement 'bars ar bed.
Ped menez, peb traonien d'am c'halon zo kaer
Enne kousk meur a Vreizad têr!

3

Ar Vretoned a zo tud kaled ha krenv ;
N'euz pobl ken kalonek a-zindan an nenv,
Gwerz trist, son dudius a ziwan eno,
O! pegen kaer ec'h out, ma Bro!

4

Mar d'eo bet trec'het Breizh er brezelioubras
He yez a zo bepred ken beo ha kiskoas.
He c'halon birvidik a lamm c'hoaz'n he c'hreiz
Dihunet out breman, ma Breizh!

Diskan

O! Breizh ma bro! Me gar ma bro!
Tra ma vô mor'vel mur'n he zro,
Ra vezo digabestr ma Bro!

Jaffrennou, Barde Taldir

-------------------------------------------------------------------------------------

Vieux pays de mes pères

1

Nous les Bretons de coeur, aimons notre vraie Patrie,
L'Armorique est renommée partout dans le monde,
Sans peur de la guerre, nos pères si généreux
Répandirent leur sang pour elle.

2

Bretagne, terre de vieux saints, terre des bardes,
Il n'est pas un pays que j'aime tant au monde,
Chaque montagne, chaque vallée est chère à mon coeur,
plus d'un fier Breton y repose.

3

Les Bretons sont robustes et forts,
Il n'est pas un peuple plus courageux sous le ciel,
Les tristes gwerziou et les soniou joyeux germent chez nous de toutes part,
Oh! Que tu es belle, ma Patrie!

4

Si la Bretagne a été vaincue dans les grandes guerres,
Sa langue est encore aussi vivante que jamais,
Son coeur vivant bat toujours dans sa poitrine.
Tu es maintenant réveillée, ma Bretagne.

Refrain

Ô Bretagne, ô ma patrie, j'aime ma patrie,
Tant que la mer formera un rempart autour d'elle,
Que ma patrie soit libre.

Jaffrennou, Barde Taldir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vindilis-ror
Empereur
avatar

Nombre de messages : 234
Empire : Sur la Route
Date d'inscription : 12/03/2005

MessageSujet: Re: La Saga Druidique   Ven 18 Nov - 14:17

[HRP>> Je viens d'entreprendre un petit «bonus» ! Je recherche sur Internet des images qui illustrent mon histoire, je les mettrait au fur et à mesure dans ce post... <<HRP]

Voici mon ancien Maitre, le premier Vindilis-ror de Vindilis :



Processus de terraformation de la planète Vindilis :



Les Naiades représentent 7 % de la population de Vindilis :



La Salle de Matérialisation, dans le Palais Vital :



Le Cercle Nui-an-Dil :



Les troupes Vindilisiennes :



Apperçu de la Rivière Anduin :




Edhelwen Aewlhach, Impératrice, mon amour...



La Chaîne Céleste :

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vindilis-ror
Empereur
avatar

Nombre de messages : 234
Empire : Sur la Route
Date d'inscription : 12/03/2005

MessageSujet: Re: La Saga Druidique   Ven 18 Nov - 20:33

La lune Sanxion IX, vue du Désert Morrow, le meilleur point d'observation stellaire de Vindilis :


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Saga Druidique   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Saga Druidique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Comics] VF des BD Bionicle : la saga des Bohrok N°7, 8 et 9
» [Wii] Légo Star wars : La saga complète.
» [Comics] Journey's end partie 2 : La fin de la saga Mata Nui
» La Saga Mass Effect
» Quelle est la meilleure saga ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de Planetium :: Planetium RP - Sénata V :: La Grande Bibliothèque sur Sénata V-
Sauter vers: