AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Alchimist

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thorin
Sénateur
avatar

Nombre de messages : 750
Empire : A côté de toi, invisible...
Date d'inscription : 27/03/2005

MessageSujet: Alchimist   Jeu 21 Juil - 12:17

Citation :
Alchimist
L'histoire :


Jeune homme tu ne devrais resortir l'achimis d'ou elle est ...
'M je suis le fils de Alexandre je suis près'
Alors tiens voici le rend des livre d'alchimis bonne lecture.


En pratique, pour utiliser l'alchimie, il faut tracer un cercle de transmutation et placer la matière que l'on veut transmuter en son centre. Mais attention, c'est ensuite beaucoup plus compliqué que ça (c'est pas pour rien qu'il y a des bibliothèques entières consacrées à ce domaine), mais je m'arrêterai là pour les explications.
Enfin, les alchimistes se doivent de respecter deux règles tacitement admises par la communauté : ne pas violer le principe d'échange équivalent (on verra plus tard comment c'est possible), et ne pas transmuter de la matière vivante.


Le B.A.BA de l'alchimie. Il existe des bibliothèques entières consacrées à ce domaine de recherche très actif. Certains documents ne sont accessibles que par les membres reconnus par l'armée : les alchimistes d'état.

# Qu’est-ce que la Pierre Philosophale ?

D’après les alchimistes on attribuait le nom de pierre philosophale à l’Art d’accomplir la suite entière des opérations (du Grand Œuvre qu’on détaillera par la suite.) C’est la matérialisation de l’Esprit, de la perfection des efforts du philosophe.

La puissance de la pierre philosophale justifierait son attribution au signe du Soleil.
Celui-ci (le signe solaire) est caractérisé pas la couleur rouge changeante : « Sa couleur est d’un rouge incarnat tirant vers le cramoisi, ou couleur rubis allant vers la couleur du grenat ; quant à son poids, elle pèse bien plus qu’on ne dirait d’après sa couleur.
Elle aurait donc ressemblé à un corps cristallin, quoique sa pesanteur la rapprochât typiquement des corps métalliques.
Pour évoquer son aspect, sa forme et son degré de fusibilité Fulcanelli affirme : « Si l’on trouvait notre sujet à son dernier stade de perfection, fait et composé par la nature, il devrait être fusible comme la cire ou le beurre (64 degré) et sa couleur rouge, son caractère diaphane et limpide devrait apparaître extérieurement ; alors ce serait en effet notre pierre bénie. »
Fulcanelli ajoute : « A ces caractéristiques physiques, la pierre unit de puissantes propriétés chimiques :
-La puissance de pénétration.
-La fixité absolue.
-L’inoxydabilité qui la rend du incalcinable, d’une extrême résistance au feu et enfin un indifférence parfaite aux agents chimiques.
D’après la tradition, la possession de la Pierre Philosophale élevait le simple initié au rang d’Adepte. Ce dernier ( l’Adepte ), après avoir enfin obtenu la Pierre, pouvait brûler les livres ! L’inconnu est connu, l’introuvable est trouvé, il ne demeurait plus rien qu’il pût apprendre ou désirer. L’acquisition du don de Dieu promettait de lui conférer la richesse, la santé éternelle et la connaissance réelle.

# La transmutation des métaux, le remède universel,

et l'élixir de longue vie ...
Fabriquer l’or n’était pas l’unique but des alchimistes.
La transmutation des métaux vils en ce métal plus parfait n’était que l’une des vertus dont disposait l’Adepte en possession de la Pierre Philosophale.
A quelles applications les Maîtres proposaient-ils d’employer la Pierre ?
Suivant les préparations adéquates, elle pouvait réagir sur les hommes, sur les animaux, et sur les végétaux aussi bien que sur les métaux car des éléments d’origine minérale, métallique et spirituelle intervenaient dans sa fabrication. Il suffisait donc d’orienter sa puissance en direction du règne dans lequel on avait résolu d’opérer une transmutation.

Réaction sur les métaux : A l’état solide, lorsque la Pierre avait fermenté en direct avec l’or et l’argent les plus purs, c’était la Poudre de projection ; une masse translucide pulvérisable, rouge ou blanche selon le métal utilisé qui servait exclusivement à la transmutation des métaux. Cette poudre, projetée dans le creuset sur un métal vil, avait en effet la propriété d’en altérer l’essence et d’effectuer sa transmutation.
Réaction sur les animaux et végétaux : Dans sa forme saline, elle accomplissait une variété d’usages spécifiques dans les règnes animal et végétal ; à tous les niveaux, elle constituait le Remède Universel capable de guérir les maladies, de conserver la santé et de développer prodigieusement la croissance des végétaux.
Réaction sur l’homme : En solution mélangée à l’alcool, c’était la seule et véritable acqua vitae, l’or potable, l’élixir de longue vie des alchimistes orientaux.

Susceptible d’une multiplication infinie, elle changeait aussi de forme et, au lieu de retourner à l’état cristallin, une fois refroidie, elle restait fluide éternellement, d’elle-même luminescente - source de lumière, et source de l’illumination de l’alchimiste.
Ainsi ce trouvait donc réunit, selon l’explication d’Eugène Canseliet, les trois dons que portaient les Mages d’Orient au Sauveur : Voici la Pierre qui offrait à l’Adepte le triple don, de l’or - c'est-à-dire la richesse -, de l’encens - symbole de la Sagesse Divine -, et de la myrrhe - substance qui, selon l’antique tradition Egyptienne, accordait l’immortalité.

Mais ces promesses appartenaient à la dernière phase du travail : Auparavant, il avait fallu un long chemin expérimental et le recours à des nombreux procédés secrets difficiles à réaliser. C’est l’ensemble des efforts immenses que la tâche réclamait de l’alchimiste qui reçu le nom du Grand Œuvre.

Le Grand-Oeuvre:

Le Grand Œuvre n’est pas uniquement une simple suite d’opérations ; il permet au simple homme d’atteindre le rang de démiurge dans son propre microcosme. Il fallait à l’homme s’emparer d’une matière en soi chaotique, la purifier et la ranimer afin de la rendre propre à s’imprégner ensuite de l’Esprit ; il fallait séparer, distribuer et mettre en valeur les natures diverses dont elle était formée, puis les conjuguer à nouveau en unité harmonique, spiritualisation définitive qui muait (changeait) la matière en la Pierre Philosophale.
Ainsi, considérant l’ensemble des activités qui entraient sous cette appellation, il faut comprendre que Le Grand Œuvre désignait comme son synonyme l’alchimie elle-même, exprimant son essence de savoir sacré et symbolique, la logique qui établissait son art en un système philosophique définitif.

Les Deux Voies :

Quels étaient donc les procédés précis mis en œuvre par les alchimistes pour obtenir cet événement extraordinaire.
D’après les descriptions qui nous demeurent de leurs préparatifs et de leurs travaux, il faudrait rendre compte d’une multiplicité d’approches opératoires.
Bien que l’enchaînement des procèdes de la réalisation du Grand Œuvre était constant, différentes manières se proposaient pour l’action :
Certains alchimistes pratiquèrent et étudièrent longuement la voie appelée « voie humide ». D’autres, en grand nombre, avaient préféraient la « voie sèche ».
La voie humide : Nommée aussi manière longue en raison du temps qu’elle réclamait, elle faisait mûrir l’ « œuf philosophique », en une balle de verre cristallin bouchée au moment propice. Cette méthode permettait de contrôler de vue les diverses phases - et ainsi s’offrir à l’alchimiste le spectacle de ce qu’il nommait la « queue de paon » : le résultat concret, la répétition du changement chromatique (virage de couleur), indiquant la réussite parfaite de la cuisson, de l’amalgame philosophal, la véritable transformation de la matière.
La voie sèche : C’est la façon de procéder des moins favorisés, on l’appelait aussi manière brève. Ce qui la distinguait de la première c’était l’usage du creuset. La méthode usitée (utilisé ou usuelle) s’inspirait étroitement des techniques de l’art métallurgique et s’appuyait essentiellement sur le principe de la fusion.
C’est le modus operandi qu’empruntèrent Nicolas Flamel et Eugénée Philatère, aussi bien qu’un grand nombre de maîtres.

Le laboratoire :

On a toujours pensé que le laboratoire de l’alchimiste contiendrait des os, des crânes, des boites enfermant des homuncules, des toiles d’araignées, de la poussière, de casiers d’où percent les yeux vitreux d’étranges animaux empaillés représentant de puissances mystérieuses… L’alchimiste, dans l’entendement de l’époque et des ignorants, utiliserait des formules d’exorcisme.
Cet apparat fabuleux restera un patrimoine des fictions littéraires.
La religiosité, la nature sacrée de l’alchimie ne pouvait certainement être contenues dans une pièce. L’alchimiste ne recherchait pas la foie, il en était empreint.
Certes il ne consacrait pas son temps aux pratiques de dévotion, mais il adorait le divin en adorant la matière crée en la travaillant. (Sa vocation était de spiritualiser la matière).
Ainsi, dans toute son essence, l’activité du laboratoire était une véritable prière, au contact de la divinité, et cette certitude guidait le philosophe dans ses pas les plus infimes.
L’alchimie s’est voilée de mystère, mais seulement par contrainte. Sa règle était la simplicité : L’effort qui purifiait l’animus de l’alchimiste se voulait l’art d’adjoindre strictement le nécessaire.
Entouré seulement des objets qui lui sont nécessaires pour opérer, l’alchimiste nous fait découvrir, à notre surprise, le même bagage d’ustensiles que celui qu’on aurait trouvé, des siècles plus tôt, dans un temple d’Alexandrie. Un poêle aux parois bien rembourrées pour fondre et calciner, des tenailles, un soufflet, plusieurs creusets en terre réfractaire et des cuillères à manches longues ; voilà l’essentiel.
Ajoutons encore, selon la recommandation des Maîtres, la bibliothèque, plus ou moins bien formée.
Pour compléter cette liste sommaire, un mortier, des pots et des cassandres en céramique, quelques appareils distillatoires et de filtrage, des réchauds qui tiennent la chaleur à différents degrés, quelques bocaux destinés à contenir et conserver les substances, et, en fin, l’athanor.
Un local aéré, uminacule, remis dans une situation propice pour attirer les fluides vitraux de la Nature, ses pollutions spirituelles, et le rayonnement cosmique projeté sur cette Terre par le Soleil et la Lune ; voici donc la saucta sanctorum des alchimistes.

{ La Pierre De Feu ( ou Pierre du Soleil ) }

Qu’est-ce que la Pierre de feu ?
Si, pour le moine bénédictin, la Pierre de feu ne correspond pas à la Pierre Philosophale, elle en a les qualités, dans une certaine mesure, puisqu'elle est capable de :
"guérir non seulement les hommes, mais aussi les métaux de quelques maladies particulières." La pierre de feu tire sa minière de l'antimoine. Elle est à portée de l'alchimiste qui sait - pour résumer brièvement le modus operandi - isoler les 3 principes du minerai et les recombiner selon une juste proportion, après les avoir auparavant purifiés et exalter par l'art :
" Je vous dis derechef que dans l'antimoine on trouve un mercure, un soufre, et un sel qui sont les souverains médicaments de la santé des hommes. Le mercure de l'antimoine consiste dans son régule ; le soufre en sa rougeur, et son sel demeure dans la terre noire qu'on laisse. Et lorsqu'on sait bien séparer ces trois choses l'une d'avec l'autre, et derechef les unir ensemble selon les règles de l'Art et qu'on en peut faire une fixation sans poison, celui-là se peut vanter avec honneur qu'il a trouvé la Pierre de feu qui se fait de l'antimoine pour la santé des hommes."(1)La teinture de la Pierre de feu n'a pas le "pouvoir tingent" universel de la Pierre philosophale:
"laquelle (la pierre de feu) se prépare de l'essence du soleil, et moins encore de toutes les autres pierres. Car la nature ne lui a pas donné tant de vertu pour cet effet. Mais elle teint seulement en particulier, savoir l'étain, le plomb et la lune, en soleil…Semblablement, dans son augmentation et multiplication, la pierre de feu ne peut pas s'exalter plus outre;"(2)La pierre de feu, nous dit le bénédictin est :
"une certaine essence pure, pénétrante, spirituelle et ignée,…comparable à la salamandre (…) c'est une matière fixe, constante et incombustible"(3)

Préparation de la Pierre de Feu.
Cette caractéristique de fixité et d'incombustibilité, dont la salamandre avait la réputation, est également commune à la Pierre Philosophale, et constitue une qualité essentielle à toute Pierre transmutatoire. Elle doit être acquise par le régime du "feu microscopique" ou "feu corporel" qui trouve sa première application dans la fabrication du verre d'antimoine, dont la relative fixité au feu préfigure celle de la pierre de feu. C'est de ce verre qu'il faut extraire la teinture qui constitue pour Basile Valentin, la très rouge et véritable huile d'Antimoine.
Le modus operandi se divise en 3 parties. La première partie vise à tirer les qualités tinctoriales du verre, sous la forme d'une essence incombustible.
La deuxième partie a pour objet de faire de même à partir du vitriol de mars.
La troisième partie, consiste à conjoindre le produit des deux phases précédentes sous la forme, nous l'avons vu, d'une pierre incombustible, au pouvoir de tingence réel mais limité.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thorin
Sénateur
avatar

Nombre de messages : 750
Empire : A côté de toi, invisible...
Date d'inscription : 27/03/2005

MessageSujet: Re: Alchimist   Jeu 21 Juil - 12:17

SUITE !

Citation :
1ère Préparation :

La première préparation de la Pierre de feu repose sur l'extraction de l'huile rouge d'antimoine à partir du verre, lui-même obtenu par calcination du minerai d'antimoine. Ce verre d'antimoine doit être élaboré à l'aide de salpêtre, et c'est là une particularité.
Il faut veiller durant cette opération à bien conduire le "régime du feu" afin que la matière ne s'embrase pas durant l'opération de calcination. En outre, celle-ci aura été poussée suffisamment loin, pour que l'introduction de la matière calcinée dans le creuset ne s'accompagne pas d'une détonation, telle qu'elle se produit habituellement lorsque l'on cherche à obtenir de l'antimoine diaphorétique à partir d'un mélange de sulfure et de nitre. Pour tirer la teinture de ce verre, il est nécessaire de recourir au vinaigre distillé tiré de la propre minière de l'antimoine.
Le charitable bénédictin nous en indique le procédé de fabrication au chapitre XXXII sous l'intitulé : "De la préparation du vinaigre philosophique". Le procédé repose sur la mise en "putréfaction" du minerai d'antimoine dans de l'eau de pluie distillée. Il faut veiller à luter soigneusement le matras dans lequel s'effectue la philosophique putréfaction. Si Basile Valentin recommande de remplir le matras qu'à moitié, nous suggérons de le remplir jusqu'au goulot, afin de diminuer le contact de l'eau avec l'air, dont l'action oxydante pourrait s'avérer contraire au résultat recherché. Kerkring propose les proportions suivantes de 6 livres d'antimoine pour 14 livres d'eau. La distillation s'opère après 2 semaines de maturation. Il faut veiller, comme le dit Kerkring, à ce que le bec du train de distillation soit immergé dans l'eau du ballon réceptacle, afin que l'esprit ne se volatilise pas. L'opération se termine par une augmentation du feu et permet de recueillir un sublimé dans le chapiteau. Il faut alors réitérer le processus, à partir du distillat, une deuxième fois puis une troisième fois, en ayant pris la peine de réintégrer dans celui-ci, les fèces et le sublimé précédemment obtenu. Au terme de ce travail, l'artiste possède le vinaigre philosophique idoine pour tirer la teinture du verre d'antimoine. Précisons que pour un meilleur résultat, il importe de pulvériser le verre le plus finement possible. Le temps nécessaire pour que la teinture acquière toute sa maturité est de 2 semaines à l'étuve. Il faut alors tirer le vinaigre par évaporation en ayant soin de ne pas brûler la teinture qui n'est pas encore fixe. Basile Valentin recommande l'usage du bain-marie. La poudre rouge ainsi séparée du vinaigre doit être reprise par l'esprit de vin rectifié à la dernière perfection. L'artiste possède dès ce stade une teinture "très rouge et très utile à la médecine".
L'opération qui suit, vise à accroître la fixité du soufre de l'antimoine, fixité qui lui est conféré par le sel. Au chapitre XX intitulé "D'une autre préparation d'huile ou soufre d'antimoine comme aussi le véritable sel de ce précieux métal", Basile Valentin nous donne le processus opératoire, à peine voilé, sur lequel repose l'obtention du précieux sel. Il importe tout d'abord de faire un régule avec le tartre et le salpêtre. Nous renvoyons le lecteur à Glaser ou Lémery, suffisamment explicites. Le procédé de fabrication du régule d'antimoine non martial, ne présente aucune difficulté pour l'artiste aguerri par le feu du fourneau. Il faut le réduire en une fine poudre et le sublimer dans un vaisseau de verre ou de terre verni, en ayant soin de faire retomber tous les jours le sublimé avec une plume, jusqu'à ce que tout le régule ait acquis la fixité et la blancheur du sel. Il faut mêler ce sel à la teinture dans les proportions de quatre onces de celui-là pour deux livres de celle-ci. La cohobation doit durer l'espace d'un mois et doit être suivie d'une séparation de l'esprit de vin, par distillation, après filtration du produit de cette intime "union chimique". L'huile rouge, ainsi extraite, est enfin concentrée et ceci met fin à la première préparation de la pierre. 2ème préparation :
2ème préparation :
La deuxième préparation de la pierre de feu vise à conférer au mercure de l'antimoine, les caractéristiques du soufre incombustible de mars. Le moine alchimiste propose de recourir, pour se faire, à l'huile rouge du vitriol de mars rectifié au dernier point. Au sujet de cette huile, on peut lire dans l'excellent traité de chymie de Christophe Glaser que le vitriol s'obtient à partir du vitriol de mars, qu'il faut distiller dans une cornue de grés. Il importe tout d'abord de donner un très petit feu durant dix ou douze heures, de façon à faire sortir le phlegme du vitriol. Il faut alors augmenter la chaleur, en veillant à ne pas trop pousser le feu de crainte de rompre le récipient sous l'effet de la pression des gaz. L'augmentation du feu après une douzaine d'heures, permet la distillation du vitriol sous forme de fumées blanches qui se condensent en vitriol dans le récipient. Glaser suggère d'interrompre la distillation
" lorsque les gouttes rouges commencent à paroistre,…ces gouttes rouges en estant la partie la plus pesante & la plus caustique"

C'est en fait la queue de la distillation qui intéresse le moine alchimiste. Mais Glaser nous parle ici du vitriol vulgaire et non du vitriol philosophique qui seul est susceptible de rendre son office dans la deuxième partie de l'œuvre. Si le lecteur désire en savoir davantage sur l'identité de ce vitriol, nous l'engageons à se référer aux œuvres de Tollius, disciple spirituel du moine alchimiste. Muni de cette précieuse huile rouge, et du mercure vif de l'antimoine, signé du sceau royal, l'artiste doit procéder à la conjonction des deux composés puis obtenir un précipité rouge par distillation au feu de sable. Si le pouvoir tinctorial de la pierre de feu, en devenir, repose sur les qualités de ce précipité, encore immature, Basile Valentin nous fait la confidance, non sans raison, que le produit de cette philosophique conjonction-distillation revêt d'intéressantes applications pour le soin externe des plaies et des ulcères.
"très beau et très utile dans les maladies chroniques, plaies et ulcères ouverts."

3ème Préparation :

La troisième et dernière préparation de la pierre de feu achève le fastidieux travail entrepris en conjoignant, à parties égales, le produit des deux précédentes préparations. Il faut soumettre le mélange à cohobation de façon à obtenir une union intime des deux composés, puis terminer le travail par une concentration-évaporation de façon à éliminer tout le phlegme. C'est seulement alors, que l'artiste peu se réjouir de posséder la pierre de feu qui revêt les caractéristiques d'une :
"poudre fixe, rouge, sèche, fusible, qui ne fume plus du tout."Si cette poudre est revêtue d'un pouvoir transmutatoire, elle possède également, selon Basile Valentin, d'intéressantes propriétés médicinales, essentiellement dévolues au royal métalloïde :
"Tu as une médecine pour les hommes et pour les métaux. Elle est douce et agréable dans l'usage; elle est pénétrante; elle corrige et chasse le mal, sans exciter le ventre. Uses-en comme il faut, et elle te sera d'une très grande utilité tant pour la santé que pour le nécessaire à la vie." Et Basile Valentin de préciser, quant à la dose requise pour le traitement des maladies :
" Prenez garde que vous ne chargiez trop la nature, (…)Sachez que trois ou quatre grains, à chaque dose prise dans l'esprit de vin, sont suffisants pour chasser toutes les maladies."

M vous avez fini de lire ?
'Oui mais d'ou ont été tirée c'est extres.. ?'
M ils ont été tirée d'un vieille homme qui à écrit c'est derniér mot

Kain se leva et prit le mot qui était coincée dans le livre.
Il parti et alla se couchée chez lui...
"Kain ne me dit pas que tu veux faire de l'alchimis.!"
Maman je vais le faire je vais prendre les traces de mon père.

Kain alla se couchée et attenda quelques instants avent de dormir il frappa dans ses main et les clacas partére.Un éclaire en sorti et fit explosée sa chaîne...

Le lendemain il se leva et vie sa chaîne grillié.Il parti à l'école et tous en marchent sur la route il révasait...
Une fille le bouscula et fit tombé un livre...Kain se besa et le prit.Il ouvrit les premiére page et lu...
Une alliance était en cronstruction encor une...
Kain parti et alla devant la barre de sont école il fit la fille le regardé et elle s'aoprocha de lui.

'Kain j'ai entendu dire que tu voulais faire de 'l achimist.Comme ton pére...Une alliance chérche un alchimist.'

Kain se tourna et parti se présenter à cette alliance.

"Oui m- vous voulez vous présenter que s'avez vous faire ?.."

-10Ans après-

-Kain allée sur el coté extérieur ont vas les attaquée par le flan.Gogogo!!-
Oui chef

-30minute plus tard-

Notre defaite est lourde.M- parté dans une planéte nous ne pouvons prendres de risques.

Kain parti sur une planéte...Seul plus de ressource plus rien et un jour il lui prit de faire une alliance.
Il prit une planche de boi un crayon et écrit.
La charte fut courte mais fructeuse.



Charte :


But:
Nos buts sont de revoir l'achimit rennaitre revenir dans nos vie...
apprendre au plus jeune l'alchimit.Apprendre c'est pouvoir.
Trouvé la Pierre Philosophale.
Retrouvé le pouvoir suprémé.
Donnée notre Doctrine dans le peu d'espace que nous avons.
Que l'alchimit soit la premiére attaque de nos membres
.

Politique intérieur :

- les membres devront faire preuve de respect
-nos membres devront pratiquer l'alchimie 2 fois dans la journée.
-Nos membres ne devront avoir de faiblesse.
- Seul un langage soutenue sera toléré dans notre forum...


Politique extérieur :

-Tous les membres d'alliances qui ne veulent nous aider ou apprendre l'alchimit devront être tués.
-Toutes les alliances extérieur qui nous attaques sera réattaquée.
-Toutes les alliances qui nous demandent des pna devront accepter notre Doctrine (extérieur).



Attaque :

-Nos membres attaqueront plus fort qu'eux.
-Nos alchimist devront vous attaquer que 2 fois pas plus.
-nos alchimist attaqueront a leur guise.


Réattaque:

-Nos alchimisit réattaqueront selon une régle :

1 attaque 2 réattaque etc...


Ecole :

-Notre alliance donnera des cours d'alchimit.
-Notre école donnera des cours dans notre galaxie à propos des régles à savoir.
-nos cours seront payant pour des éléves exterieur à l'alliance.


Pna:

-nous feront de spna avec qui sa nous arrangeras.
-Un pna devra être tenue jusqu'au bout.


Guerre:

-Nos guerre se feront que contre les empereurs en soiffe de pouvoir et contre l'alchimis.

Hiérarchie:

Chef
sous chef
diplomate
recruteur
maître alchimist
Soldat alchimist
Guerrié éléve.


Alchimit :

-L'alchimis dans notre galaxie est un pouvoir énorme de science et non de flotte.
Nous chercherons toujours le pouvoir absolues.Nous cherchons la meilhieure méthode...
L'alchimis n'est pas fait a des cout personnelles.
être un alchimist n'esisite pas la puissence mais la science...
Pour être recurté envoyer un mp au recruteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Llednar Twem
Empereur


Nombre de messages : 392
Date d'inscription : 11/03/2005

MessageSujet: Re: Alchimist   Jeu 21 Juil - 12:36

Laisse moi deviner, la dernière oeuvre de Shinjo ? J'ai lu les 3 dernières lignes, et je vais attendre que Zerathul passe, parce que ces 3 lignes m'ont suffies...
Citation :
L'alchimie n'est pas faite à des coûts personnelles.
Être un alchimiste nécessite pas la puissance mais la science...
Pour être recruté envoyer un MP au recruteur.
D'ailleurs c'est quoi un coût personnel ?

Allez bon courage Zerathul Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Huong
Empereur
avatar

Nombre de messages : 331
Empire : Empire Nymphora
Date d'inscription : 11/03/2005

MessageSujet: Re: Alchimist   Jeu 21 Juil - 13:00

Bon alors mon avis en plusieurs point.

1) L’histoire est beaucoup trop longue et ça fait reprise du manga Full Métal alchimie si je me souvient bien. De plus j’ai pas l’impression de lire une histoire mais un reportage sur l’alchimie interminable.
2) Dans les buts ce qui et pas mal c’est que ça peut être RP ceci étant dit je comprend pas cette citation

Citation :
Que l’alchimie soit la première attaque de nos membres.

Donc j’aimerai une explication si c’est possible.

3) Politique intérieure rien d’innovant.
4) Politique extérieur rien d’innovant non plus et très mal développé à mon goût.
5) Attaque y a des soucis

Citation :
- Nos alchimiste devront vous attaquer que 2 fois pas plus.
- nos alchimiste attaqueront a leur guise.

Ils attaques 2 fois ou autant qu’ils veulent ? faudrait savoir ou développé mieux.

6) Pour PNA le faire avec qui ça vous arrange soit mais qu’il dure indéfiniment ça vous pouvez forcer personne à ne pas le brisée donc à mon avis ça sert à rien de le mettre dans la charte
7) Pour vos guerre je trouve ça un peu c** de prévoir qui à l’avance vous allez combattre vos guerre semble peut être juste à un certain niveaux mais rare sont les alliance qui n’ont pas la soif de pouvoir, vous allez donc avoir du boulot.
8 ) Hiérarchie rien à dire rien d’innovant, il y avait moyens d’être un peu plus inventif avec la Hiérarchie mais bon.
9) Pour l’alchimie par contre il y a un truc qui me choque.

Citation :
L’alchimie dans notre galaxie est un pouvoir énorme de science et non de flotte.
Nous chercherons toujours le pouvoir absolues.

Bon vous faite la guerre à ceux qui recherche le pouvoir mais vous faite exactement le même parcourt donc en gros vos guerre c’est pas pour le bien de l’univers mais surtout pour être le seul a avoir le pouvoir. Je me trompe ?

10) Dernier point que je trouve choquant quand on fait une alliance sur l’alchimie et ceux qui la pratique, au moins savoir écrire ce mot là.

Conclusion vous l’aurez devinés je suis contre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
King Horus
Empereur
avatar

Nombre de messages : 199
Date d'inscription : 26/06/2005

MessageSujet: Re: Alchimist   Jeu 21 Juil - 13:21

Je ne vais pas être original du tout mais bon :

1°) Trop de fautes
2°) Histoire pas terrible, qui n'est pas originale
3°) Histoire trop longue
4°) Je n'ai pas compris tous les buts (et je ne suis pas le seul je crois Razz)
5°) but pas tres novateurs


Donc cette alliance ne me plait pas spécialement, je vote non!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Llednar Twem
Empereur


Nombre de messages : 392
Date d'inscription : 11/03/2005

MessageSujet: Re: Alchimist   Jeu 21 Juil - 13:48

http://www.manganimation.net/review/fma/fma.html

Monsieur aime bien le plagiat on dirait... Je déteste ça, ça fait 2 fois. Dorénavent je voterai toujours contre une charte qui a été écrite par Shinjo, il se fout vraiment de notre gueule on dirait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gouverneur Feyd-Laun
Prime Sénateur
avatar

Nombre de messages : 1127
Empire : Aeria
Date d'inscription : 12/03/2005

MessageSujet: Re: Alchimist   Jeu 21 Juil - 14:04

Voila pourquoi je veux que l'on passe par moi pour poster une charte, je n'ai pas dit oui, alors il demande à quelqu'un d'autre... L'histoire est un gros copié collé, mis à part cinq lignes, c'est d'hors et déjà NON ! Je ferme.

_________________

De l'Ombre à la Lumière...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Alchimist   

Revenir en haut Aller en bas
 
Alchimist
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Manga] Fullmetal alchemist
» Devenir alchimiste
» [Test flash] Full Metal Alchimist Dual Sympathy DS
» Azeru
» [fiche] Fullmetal Alchimist

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de Planetium :: Planetium RP - Sénata V :: Greffe des Alliances-
Sauter vers: