AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une histoire parmi tant d'autres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tienn
Empereur
avatar

Nombre de messages : 120
Date d'inscription : 30/04/2005

MessageSujet: Une histoire parmi tant d'autres   Mar 14 Juin - 0:02

Chaque être vivant, quel que soit son statut social, son origine, ses idéaux, a une histoire.
Rien n’apparaît du néant. Tout a un but.

Voici l’histoire de Tienn, cette jeune fille, assise un peu plus loin sur le parvis d’une église, seule, se protégeant de la pluie. Lorsque le vent soulève ses longs cheveux mal peignés, on peut apercevoir une marque sur sa nuque, marque qui, elle aussi, a une histoire à laquelle nous viendrons plus tard.

Pour le moment, elle est assise, elle s’abrite de la pluie. Elle réfléchit. Elle observe les gens. Elle les connaît mal, mais ils ne l’intéressent pas. Si elle se lève, vous verrez qu’elle n’est pas très grande, elle a la taille de l’adolescente de seize printemps qu’elle est. Adolescente qui a pourtant du grandir plus vite que les autres.

Si vous vous approchez discrètement, vous verrez son visage. Elle est perdue dans son monde en ce moment, elle ne vous remarquera pas. Ses yeux son gris. Ils étaient bleus, jadis, mais on pourrait dire que la tristesse les a marqués de son indélébile empreinte.

Sa peau est claire. Lorsque les gens la voient, ils la pensent malade, faible. C’est son origine qui veut cela, ceux de sa race ont toujours eu la peau laiteuse. Son nez est un nez comme des centaines d’autres, ni trop long, ni trop court. De même pour sa bouche, une bouche banale, marquée de la pâleur de son peuple.

On dirait que la pluie s’arrête, et voilà la jeune fille qui se lève. Elle va sûrement faire des courses pour son maître, celui qui lui a imposé cette marque.

Le vent souffle toujours, chacun rentre chez soi, sentant l’orage approcher. A présent, Tienn est presque seule dans la rue. Elle aime l’orage, elle aime sentir le vent, soulever ses longs cheveux, elle aime lorsque la nuit, les éclairs dévoilent le paysage avec la même puissance que le soleil, juste l’espace de quelques secondes. Elle n’a jamais craint le bruit du tonnerre. Sur sa planète natale, il y avait souvent des orages.

Elle passe devant une boutique de vêtements, on lui a ordonné d’acheter des vêtements pour le fils de son maître, mais elle n’a pas envie de se mêler à toutes les impératrices qui font leurs achats.

Tienn s’est levée tôt ce matin, comme tous les matins. Elle a regardé le soleil se lever. Elle aime cet instant où elle semble seule. Certains se lèvent, d’autres se couchent, nul ne vit.

Une fois de plus elle s’arrête. Elle est arrivée au bout de la rue, là où il n’y a plus de lumières, là où les quartiers de Herber deviennent le Bourbier. Son maître lui a demandé d’acheter quelque chose là bas, alors Tienn y est allée. Elle n’a pas toujours servi son maître, au contraire, elle se révoltait, recevant maintes punitions. Mais commençons par le commencement.

Tienn est née sur Svetlaïa, lointaine planète ouvrière d’un lointain système parmi tant d’autres, dont les habitants sont tous des ouvriers, nés au service d’un tyran quelconque parmi tant d’autres. Ses parents, de pauvres ouvriers parmi tant d’autres, avaient fait comme un grand nombre de leurs semblables : ils avaient vendu leur fille à un homme, pour gagner une somme d’argent non négligeable, comparée à ce qu’ils gagnaient de par leur travail, se convainquant qu’ils faisaient bien pour leur fille et qu’elle aurait une bien meilleure vie que celle qui lui était promise.

L’homme auquel Tienn avait été vendue n’était autre que le puissant empereur BaD mAx, qui était un jeune garçon à cette époque, mais il savait déjà montrer sa force, et sa volonté.

Les deux enfants grandirent « ensemble » mais de deux manières opposées. L’un devint un jeune homme fort, puis un grand seigneur sachant se faire respecter de tous, l’autre ne devint que l’ombre d’une personne.

Malgré ces différences, ils partageaient quelque chose : un passé commun.

Tienn est donc cette « ombre » qui se dresse non loin de vous, fixant le quartier de Herber, de ses grands yeux gris. Le doute a prit de la place en son esprit, beaucoup de choses ont changé, beaucoup de valeurs sont apparues pour la petite fille effacée : BaD mAx lui a apprit à aimer.

Et pourtant, elle doute encore. Bientôt, ce doute laissera place à la confiance, à la force. Dans quelques semaines, elle tuera pour celui qu’elle n’est pas encore sure d’aimer ou de haïr, mais pour le moment, elle est perdue, et elle a peur.

Voilà donc une partie de l’histoire de cette petite fille, triste, pas très jolie, pas très spéciale, garçonne, insensible et pourtant si différente de toutes, différente car ignorante de beaucoup de choses qui régissent le monde dans lequel elle ne fait qu’entrer par une porte laissée ouverte par mégarde : un cauchemar de son maître.

Petite fille, debout, seule dans la rue, sentant la brise qui fait voler ses longs cheveux, puis repart accomplir sa tache.

Petite fille qui n’aurait suscité l’intérêt de personne, qui n’est rien de plus qu’une servante parmi tant d’autres, et qui a pourtant une histoire, comme vous, comme moi, comme tous.


Dernière édition par le Dim 6 Nov - 16:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tienn
Empereur
avatar

Nombre de messages : 120
Date d'inscription : 30/04/2005

MessageSujet: Re: Une histoire parmi tant d'autres   Ven 12 Aoû - 14:54

Tant de temps s’est écoulé depuis ce jour pluvieux. Tant de fleurs se sont épanouies pour mourir, tant d’étoiles se sont éteintes. Et Tienn est toujours là, petite parmi les grands.

Elle a changé, certes, un peu grandit peut être, et semble moins frêle, moins terne, elle est presque jolie. Elle a pris de l’assurance aussi, regardez la marcher, elle sourit même à certains, parle à d’autres. Ses longs cheveux, retenus par l’habituel lacet de cuir, tombent en cascade dans son dos. Le soleil se reflète dans ses yeux, encore trop farouches, uniques souvenirs de ce qu’elle a été. Car sa situation a changé aussi.

Il y a quelques semaines, Tienn est revenue de Naggarond, petite planète paradisiaque où elle a fait escale trois mois durant avec celui qui fut jadis son maître : BaD mAx. Ces trois mois ont eu un impact important sur elle et son image d’elle-même. Durant cette période, leurs sentiments se sont exprimés au travers de leurs corps, à présent, ils se matérialisent dans celui de la jeune femme.

A leur retour, celle-ci a prit un vaisseaux un jour, et est partie, sans une explication, sans un mot. Nombreux furent ceux qui l’accusèrent d’avoir fui, nombreux furent ceux qui proposèrent leurs services aux Seigneur Noir pour la retrouver. Celui-ci, malgré les doutes qui l’avaient assailli, n’avait fait qu’attendre. Et il avait eu raison, elle était revenue, au milieu d’une nuit, couverte de sang. Elle s’était écroulée dans ses bras, contre son corps.

Quatre jours durant, elle était restée dans une sorte de coma, délirant en permanence. Max veillant à son chevet. Le matin du cinquième jour, il la vit enfin ouvrir les yeux. Du peu de forces qu’elle aviait, elle lui avait tendu l’étrange médaillon qui ornait son cou depuis son retour. Dessus étaient gravées les armoiries de Kalyanta, sa planète natale, qui lui appartenait désormais. Elle s’était rétablie sans que nul ne sache ce qu’elle avait fait de ces quelques jours.

Aujourd’hui, elle va, timide impératrice découvrant quotidiennement, évoluant au sein d’une alliance, mais surtout, jeune femme libre, et aimante des gens qui l’entourent, de ceux qui se battent à ses côtés, et dont elle est fière de porter le blason, et de cet homme, vers qui elle court maintenant, qui l’attend, lui souriant d’un air plein d’amour. Et voilà qu’ils s’embrassent. Ils s’aiment, et ils n’ont peur de rien, leurs doutes s’effacent face leur amour. Les premières gouttes d’une fine pluie estivale les font rire, ils courent s’abriter.

Bientôt, un enfant naîtra, apportant son lot de joie tant attendue, et surtout de larmes. Mais ça, ils ne le savent pas encore. Laissons les donc à leur bonheur, il n’est qu’illusoire, et de courte durée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tienn
Empereur
avatar

Nombre de messages : 120
Date d'inscription : 30/04/2005

MessageSujet: La fin d'un rêve   Dim 4 Déc - 18:46

La fin d’un rêve ?

Tienn marche, seule, sa respiration accélère en même temps que son pas, elle s’élance, elle court, elle vole presque.

Un rêve….

C’est beau ?

Est-ce réel ?

Et si on y croit ? De toutes ses forces ?

La jeune femme n’a presque plus de souffle. Voilà deux heures déjà qu’elle court, qu’elle suit les petites ruelles, qu’elle traverse les quartiers, qu’elle quitte la ville. Elle n’a plus de souffle, et pourtant, elle court encore, elle est fatiguée, déshydratée, elle souffre. Son cœur frappe douloureusement sa poitrine, mais elle ne s’arrête pas. La nuit vient, le faible soleil cède sa place aux étoiles, le froid se fait sentir, mais elle ne s’arrête pas. Elle court. Elle court, et soudain, elle marche sur une pierre, et s’écroule. Sa course s’arrête enfin, elle ne bouge plus. Allongée sur le sol, elle attend. Qu’attend elle ? Que quelqu’un vienne ? Que la mort l’emporte ? Ses yeux se ferment, et elle s’endort.

C’est une larme sur sa joue qui la réveille. Une larme ? Non, un flocon de neige. La neige ne tombe jamais au cœur de Sénata V, elle est trop pure pour cette cité. Les yeux de Tienn s’ouvrent enfin, et elle découvre un paysage blanc, immaculé, parfait. Elle se lève, elle se recule. Tout est parfait, sauf la trace, la trace de sa silhouette sur le sol. La neige est tachée de rouge autour de la silhouette. La jeune femme baisse les yeux, elle saigne, sa chute a déchiré son pantalon, et écorché ses genoux. Elle ne veut plus bouger, pour ne pas détruire le spectacle que lui offre la nature. Est-ce un signe ? Est elle encore en vie ? Oui, elle ressent le froid, et la douleur aussi. Elle vit, elle respire. Son cœur bat vite, elle ne s’est donc assoupie que quelques minutes. Neigeait il donc déjà alors qu’elle courait ? Elle était aveugle, elle n’a rien vu.

Elle marche, en boitillant. Comme l’enfant qu’elle est encore, elle joue avec les flocons. Elle éveille sa magie. Les mains levées vers le ciel, elle danse. Autour d’elle, les flocons dansent aussi. Elle rit, petite fille au milieu de nulle part, petite fille perdue ? Saura t-elle retrouver son chemin, maintenant qu’il ne lui tient plus la main ? Elle arrive près d’un étang, il est gelé. Au travers de la glace, elle voit les poissons, ils sont morts, le froid précoce les a emportés. Sur les branches des arbres, les oiseaux sont morts aussi. Les plus faibles, ceux qui n’ont pas pu s’envoler. Cruelle nature, tu donnes, et tu reprends. Un nouveau regard vers la glace lui dévoile son apparence. Elle ne se reconnaît plus. D’une main, elle enlève le maquillage qui recouvre son visage, de l’autre elle libère ses cheveux.

Elle ne veut plus danser. Le désir l’abandonne entièrement, elle va s’asseoir à même le sol, et elle s’enroule de sa cape. Ses bras entourent instinctivement ses genoux. Pourquoi se sent elle si mal ? Elle ne le sait pas vraiment. Ce sont des mots, des attitudes, des mensonges. Elle n’est pas faite pour cette vie qu’elle s’est elle-même imposée.

Et lui, il ne l’aime plus.

Ce matin, elle a senti la folie la gagner, elle a pris son oreiller et s’est approchée du berceau de son enfant, elle a regardé le visage d’ange de sa petite fille – leur petite fille, et elle y a reconnu ses traits. Elle s’est penchée, l’oreiller en main, et l’a approché du petit visage pâle. Alors des yeux se sont ouverts, mais ce n’était pas les siens, c’était ceux de MaX, et lui, elle n’avait pas le droit de le détruire. Des bruits de pas lui ont fait lever la tête, et ces mêmes yeux l’ont regardés. Ils avaient perdu leur innocence, la colère les animait, mêlée à la tristesse. Alors elle est partie. Elle a fuit ce yeux.

Des larmes lui montent aux yeux, mais elle les repousse. Elle préfère rêver une ultime fois. Prendre une dernière bouffée de souvenirs joyeux avant de les enterrer pour toujours et de partir vivre sa vie.

Des images lui reviennent, des visages, des paroles. Etrangement, l’un deux reste devant ses yeux. Ce n’est pas celui de MaX, non, celui de MaX lui fait trop honte à regarder, elle l’a déçu, elle doit disparaître de sa vie. Ce visage aux contours flous lui sourit. C’est un ange, un ange qu’elle a connu il y a bien longtemps déjà. Se souvient il d’elle ?

Qu’importe. Car elle va mourir, puis renaître. Et alors le monde la découvrira telle qu’elle est réellement.

Le rêve s’achève, la vie commence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une histoire parmi tant d'autres   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une histoire parmi tant d'autres
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Histoire d'une orpheline parmi tant d'autres "Miluky Estoski
» Gerd Gymirdottir ~ Une déesse parmi tant d'autres...
» Un petit iop parmi tant d'autres [refusé]
» Un chasseur parmi tant d'autres ^^
» Povers , un Wirrens parmi tant d'autres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de Planetium :: Planetium RP - Sénata V :: La Grande Bibliothèque sur Sénata V-
Sauter vers: